Une histoire de Mastodon

_fan-de-metal_logo

Lorsqu’il ne te parle pas de préoccupations métalliques, Kristof G. t’invite dans les coulisses des tribulations journalistiques d’un fan de métal perspicace et autodidacte, s’ayant médiatiquement taillé une petite place, en balançant son infectieux enthousiasme dans ta face.

[La fois où] j’ai rasé de me faire autographier le menton par les poings du rouquin guitariste de Mastodon

Il était une fois un gars – je, sous-signé Kristof G., donc moi – qui, le soir du 23 novembre 2011, a passé pas pire proche de trouver ça très poche. T’sais comme dans se faire péter les dents d’en avant, genre ? Aller chez le dentiste, c’est pas gratis. Heureusement, on s’en est sauvé sans aucune taloche, au moins, même si me suis légèrement égratigné l’amour propre et du coup, ceux de quelques potes. Ça s’est passé au Metropolis, plus précisément dans cet impénétrable endroit (du moins, pour le commun des mortels) qu’est le backstage. Et ça implique de la broue, un guitariste abondamment encré de Mastodon, des picks de guit’, une certaine Marie-Jeanne et quelques groupies. Oh oui.

Or, afin de mettre le tout en contexte (et parce qu’on est gentil aussi : « be kind rewind »), et de mettre un peu (beaucoup) de viande autour de l’os, je me dois de rembobiner la VHS qui me tient lieu de cerveau, avant de vous livrer tous les croustillants détails de ce quasi fait divers qui n’a hélas pas trop fait aïe. Donc, on pèse sur stop juste avant les premiers balbutiements du défunt journal mensuel que fut Bang Bang. Et même un peu avant. Plus précisément à l’été 2004, alors je sirotais probablement un deuxième pichet dans l’enceinte du défunt Medley, alors la Mecque du métal à Montréal, pendant qu’un petit groupe d’Atlanta débutait son set, lors d’une tournée avec Fear Factory.

2016-02-MASTODON_pin

À l’époque, je n’avais jamais eut l’occasion de voir live le groupe de death métal mélodique industriel, qui revenait en superforme, après le très oubliable nü metal-esque Digimortal, qui fut suivi d’un très court hiatus. Heureusement, la sortie du solide album Archetype, le premier sans le gros Dino Cazares, vint nous redonner un peu d’espoir. Et un sourire grand comme ça.

Pour fermer la parenthèse FF, Cazares ne retourna dans leurs rangs qu’en 2009, après que le bassiste-devenu-un-temps-guitariste Christian Olde Wolbers fut remercié; il est important de mentionner que Byron Stroud (Strapping Young Lad, Zimmers Hole) a su fort habilement s’occuper des basses fréquences en concert pour le combo métal industriel jusqu’en 2012. La chaise musicale, qu’y disent. « Oui, mais, c’est quoi le rapport avec ce sanguin de Brent pis ta face », qu’on entend au loin ? Patience, l’avenir appartient à qui sait attendre, non ?

Toujours est-il que ma gang de pouilleux et moi furent flabbergastés solide par le quartette, qui n’avait (à part quelques EPs) qu’un album complet derrière la cravate (Remission, sorti 2 ans auparavant). Qui plus est, le classique et excellent Leviathan allait sortir dans les semaines suivant le concert. Un vieux pote du Saguenay, Yanick « Klimbo » Tremblay (également nouveau collabo chez Boulevard Brutal, depuis peu), était aussi dans la place (ce fut par ailleurs à cet exact concert qu’il eut l’une de ses premières dates avec sa charmante épouse, la maman de ses deux adorables enfants – c’était la parenthèse cuuuuuute de l’anecdote).

2016-02-MASTODON_photopass

Par la suite, une couple d’années plus tard, j’embarquai le susmentionné Bleuet houblonné dans l’aventure Bang Bang, qui fut un authentique journal mensuel, créé par un trio de passionnés (soir les Pat K, Léo et Nelson, qu’on salue !), qui fut publié de 2005 à 2009, avant d’être intégré à Voir, alors journal hebdo. Pendant cette quasi-demi-décennie, tout comme yours truly, le barbu ex-DJ (pour tout vous dire, j’ai connu Klimbo alors qu’il spinnait des records dans les plus cool bars alternatifs du Saguenay) se fit aller le clavier afin de critiquer tout plein de CDs, en plus d’interviewer quantités de groupes de tout acabit, en particulier ceux les plus métalliques.

‘Fait que, en juillet 2006, suite à une entrevue en coulisse du Centre Bell qui suivait la visite d’une exposition préhistorique au Centre des Sciences (oui-oui, avec des vrais de vrais mammouth et mastodontes, comme sur les photos!) lors de leur passage en ville dans la caravane de Slayer (le Unholy Alliance tour, avec aussi Lamb of God), le p’tit et son pote Luc amis devinrent copain-copain avec les gars de Mastodon, plus précisément le blondinet Bill Kelliher.

2016-02-MASTODON_2006-2 2016-02-MASTODON_2006-1

Non mais t’sais, quand tu vas voir d’authentiques squelettes d’animaux préhistoriques qui ont inspiré l’un de tes bands préférés ? Ça devait être assez surréaliste merci, maudite bande de mardeux. Depuis cette singulière visite au musée, Klimbo l’a interviewé une bonne demi-douzaine de fois. Pas pire pentoute pour un gars de Chicout’, hein ? C’est pas mêlant, à chaque fois qu’il passe à Montréal, Bill écrit à mes potes pour leur offrir des places sur la guest list.

Y sont de même (visualisez un index et un majeur croisés), t’sais. « Sinon, comment ça que le gars de Mastodon a presque pété un plomb ? », de s’égosiller un métalleux précoce qui n’a pas pris sa puff. Relaxe mec, tout est inter-relié, tu vas voir à la fin de ce papier, l’attente en aura valu la chandelle.

matodon_duo

 

Personnellement, ma première rencontre avec les Mastodontes, ça remonte au mois de septembre de la même année, alors que le groupe remplissait le mythique Spectrum, en compagnie de Converge. La semaine précédant le concert, Bill avait publié un message sur sa page MySpace (ouf), invitant ses fans partageant sa passion pour Star Wars à lui apporter des produits dérivés, en échange de marchandise de son groupe.

Comme je suis, je dois l’avouer, un putain de freak collectionneur (une maladie, oui), j’avais évidemment une couple de machins plus ou moins cool à refourguer (ben là, j’n’étais pas pour lui apporter mes meilleurs pièces, quand même !), que je m’empressai de mettre dans son sac à dos, au cas où cet échange de fanboys ait lieu. Car on ne se faisait tout de même pas trop d’illusions : c’était très possible que le gars ait d’autres chats (style aux dents de sabres, genre) à fouetter avant son show que de venir niaiser avec des jouets dans le lobby de la défunte salle de spectacle. Quand même.

Peu de temps après l’ouverture des portes, on croisa avec joie le batteur Brann Dailor dans les escaliers, qu’on s’empressa évidemment d’interroger sur le fameux deal de Bill : bien qu’il semblait un brin découragé par le trip bébelle de son collègue, il alla nous chercher son geek-tariste (‘scusez là).

2016-02-MASTODON_45tours

Lorsque je demandai à Bill s’ils avaient apporté des copies de leur plus récent 45 tours (un joli 7 pouces clear et engravé de la pièce Crystal Skull, extrait de Blood Mountain, qui allait sortir 2 jours plus tard!), il dût aller en chercher une caisse dans son bus. Nice. Ben blood le Bill, qui a tenu à tenir sa promesse virtuelle, même si mes quelques gréements n’étaient pas trop (du tout) impressionnants.

Avant d’entendre une autre petite voix me dire d’arrêter de niaiser pis de vendre le punch drette là maintenant, sachez que rien n’arrive pour rien les enfants. Une couple d’années plus tard, Klimbo et moi, on interviewa on camera Bill ainsi que son pote Mikey Heppner (Priestess, Uncle Bad Touch, Beat Cops) pour BangBangTV, pendant la première édition de Heavy Montreal (alors Heavy MTL), en 2008 — vous voyez, ça s’en vient, on se rapproche de 2011, mine de rien.

Évidemment, le festival métal est rapidement devenu une tradition estivale pour notre petite clique de rockeurs crinqués, tout comme pour les gars de Mastodon, qui sont repassés en 2010 (voir la coquette photo ci-dessous avec Melissa Auf der Maur, que j’ai croquée sur le vif pendant mon entrevue avec cette dernière) et en 2013 ; ils durent annuler leur présence en 2015 pour des raisons familiales (ils se reprendront cet été!).

2016-02-MASTODON_MAdM-Brann2010

Même si leur concert au National (pour l’intégrale de Crack the Skye, en compagnie des fortiches Kylesa et Intronaut en 2009) restera pour toujours dans les annales, je fus tout excité par l’annonce de la première série de dates de la tournée The Hunter. Man, le quartette revenait en ville avec nul autre que les chirurgiens de chez Dillinger Escape Plan et les joyeux rockeurs de Red Fang le 23 novembre 2011 au soir. Quand même tout un trio, yo.

Surtout qu’on avait jamais vu Red Fang et que DEP, c’est toujours plaisant live : ‘sont tellement intenses ! Après s’être réchauffé aux adjacentes Foufounes Électriques, en descendant quelques Labatt 50 presque gratuites avec une couple de potes, je m’en allai rocker joyeusement en voyant les solides groupes qui précédaient la bande à Hinds.

Lorsque je croisai Klimbo (qui était là avec quelques autres lifers), il me demanda tout bonnement si ça me tentait de venir backstage après le show voir les gars de Mastodon, comme il avait une passe de trop. Bill lui en avait offert une paire chacun à lui et Luc, le susmentionné photographe de mammouth en herbe. Un fou dans une poche, t’sais. Le genre d’offre qu’on ne peut refuser. Après l’excellent show (un setlist de feu), on attendit près de la porte du backstage en flashant nos passes aux agents de sécurité qui tentaient de vider la salle de ses spectateurs, histoire que le staff puisse fermer la place. C’est alors que–

À SUIVRE… demain !

Kristof G.

2016-02-MASTODON_albums

PHOTOS : KRISTOF G., sauf celles au Centre des Sciences, par LUC BEAULIEU

Advertisements

About Kristof G.

Lorsqu’il ne te parle pas de préoccupations métalliques, Kristof G. t’invite dans les coulisses des tribulations journalistiques d’un fan de métal perspicace et autodidacte, s’ayant médiatiquement taillé une petite place, en balançant son infectieux enthousiasme dans ta face.

There are 3 comments

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s