Napalm Death te sert ton steak haché cru!

Napalm-Death-Apex-Predator-Easy-Meat-600x400

En connais-tu beaucoup des groupes métal qui produisent du matériel de haut niveau depuis plus de trente ans? Il n’y en pas une tonne, toutefois c’est le cas de Napalm Death. Malgré plusieurs changements de personnel au début des années 80, la formation actuelle (composée du bassiste Shane Embury, du guitariste Mitch Harris, du batteur Danny Herrera et de Mark « Barney » Greenway) se résume en un seul mot : constance. Non seulement les gars de Napalm Death sont les précurseurs du mouvement grindcore, ils en sont toujours les leaders. Et sur Apex Predator-Easy Meat, ils le démontrent encore.

On nous avait promis un album plus expérimental. La pièce-titre servant d’introduction le confirme. C’est weird. 3:46 de narration sur des percussions industrielles et de chants grégoriens. La table est mise, la tension est palpable. C’est ensuite la claustrophobique Smash A single Digit qui nous rentre dedans. Intense. Ça se poursuit sur Metaphorically Screw You. Nous sommes en terrain connu. C’est sur la mid-tempo How The Years Condemn que Napalm Death prouve que le groupe est capable de produire plus que du bruit et des chants de Cookie Monster. Le refrain est accrocheur, la basse d’Embury assommante. LA toune sur Apex Predator-Easy Meat.

Sur Timeless Flogging et Cesspits, Napalm Death y va de riffs hardcore/punk entremêlés de segments grindcore faisant bonne mesure. N’ayant pas peur d’explorer musicalement, on retrouve des structures de temps jazzy sur Beyond the Pale et Dear Slum Landlord. Très réussi. Barney se démarque particulièrement avec son chant (?!) de style questions/réponses qui lui est si propre. T’as l’impression que l’gars est en train de faire carrément une crise de panique.

Mais c’est Hierarchies qui étonne le plus sur ce disque avec un groove à lequel Napalm Death ne nous a pas habitué. Structure simple, solo de guitare, du gros rock’n’roll qui se pourrait se retrouver sur n’importe lequel album de Motorhead. Barney y va même d’une voix claire pendant le refrain. Étrangement, il sonne comme Joe Duplantier de Gojira. Vraiment intéressant.

One Eyed et Adversarial – Copulating Snakes termine ce seizième album en carrière de la formation britannique en beauté. Si on peut dire ça de même… Parce qu’un album de Napalm Death ne se consomme pas comme un burger chez WacDo. C’est une musique extrêmement déstabilisante et parfois voire même inconfortable. Un produit qui ne s’adresse pas à tout le monde. Et ça Napalm Death le sait et joue la carte à fond. Pas de compromis pour tes beaux yeux. Pis attelle-toi dude, ça prend quelques écoutes avant de pouvoir pleinement apprécier. Si t’es un fan de Napalm, tu sais de quoi je parle.

Conclusion, Apex Predator-Easy Meat se veut en quelque sorte une déclaration de Napalm Death. La déclaration que malgré les années qui passent, le groupe ne ralentie pas et continue d’amener son grindcore sur des terrains où seul seul le groupe est capable. Un disque qui aura assurément sa place dans mon Best Ov 2015, malgré que nous soyons qu’en début d’année. Rien de moins.

Cote de Steve : 9.5 crises de panique sur 10

Tu peux me suivre sur Twitter ICI!

 

Tsé quand #Grindcardo entend du bon grind de la sorte, ça l’inspire en crisse. Il a donc décidé de te préparer une recette de tartare à la Apex-Predator. Un plat qui se marie très bien à la musique de Napalm Death.

Tartare à la Apex-Predator de #Grindcardo :

Préparation 20  Minutes (si t’es pas à jeun, rajoute 20 de plus)
Portions 4

Vinaigrette
45 ml (3 c. à soupe) d’huile d’olive
30 ml (2 c. à soupe) de moutarde à l’ancienne
5 ml (1 c. à thé) de moutarde de Dijon
15 ml (1 c. à soupe) de vinaigre de vin rouge
15 ml (1 c. à soupe) de câpres, hachées
Sauce DAMN! au goût. C’est la sauce épicée la plus grindcore que tu peux trouver sur le marché. Produit du Saguenay disponible partout au Québec. S’il y en a pas dans ton épicerie, c’est que c’est une épicerie de marde.
Sel et poivre

Boeuf
400 g d’intérieur de ronde crissement saignant
1 échalote, hachée violemment
1 jaune d’oeuf (lui, laisse le tranquille, y t’as rien fait)
30 ml (2 c. à soupe) de persil plat frais, ciselé

Préparation
1. Dans un bol, mélange tous les ingrédients de la vinaigrette. Sale et poivre. Mets-ça de côté.
2. Au couteau, hache finement le boeuf. Applique-toi, t’es capable.
3. Dans un bol, mélange la vinaigrette, le boeuf haché, l’échalote, le jaune d’oeuf et le persil. Goûtes-y. Si c’est pas assez prononcé, remets-y de l’assaisonnement. Faut que ça goûte baptême!
4. Servir froid avec de la salade pis des croûtons. Chu fancy de même. Pour mettre en assiette le tartare à la Apex Predator, utilise un emporte-pièce ou une boîte de conserve nettoyée et ouverte aux deux extrémités. Des questions, écris-moi sur Twitter.

Advertisements

There are 3 comments

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s