Les Résidences Métal : Carcass – Necrotism. Descanting The Insalubrious

residencesmetal_carcass

CARCASS – Necrotism – Descanting The Insalubrious
Parution : 1991
CD, cassette, LP

Necroticism-DescantingtheInsalubrious

Psssst, p’tit gars! Viens donc icitte. J’viens de remarquer que tu portais un gilet d’Avenged Sevenfold. Fan de métal? Ben cré moi, cré moi pas, ça parait peut-être pas vite de même, mais el’ vieux chauve devant toé, y trippe pas mal fort là-dessus, lui itou. D’ailleurs, c’t’année, il y a une couple de vieux métalleux qui sont venus montrés aux p’tits jeunes poils de quel bois ils sont encore capables de se chauffer. Ben sûr, y’a eu Black Sabbath, mais j’sais pas si t’as entendu parler du retour de Carcass avec leur nouvel album Surgical Steel? Ces gars-là viennent kicker des culs solides avec ce retour en force. Mais c’pas exactement de leur nouvel album que je veux te parler. Tiens. Prends-toé un bon jelly bean noir, pis laisse-moé t’entretenir au sujet de Necrotism – Descanting The Insalubrious.

S’cuse le jeune. Pas de dentier, c’est dur à prononcer. Mais toujours est-il que cet album de Carcass paru en 1991 (ouais, il y a 22 ans déjà!) est venu changer la donne dans le milieu du death métal. En tout cas, si ça n’a pas révolutionné le genre « at large », ça a propulsé Carcass vers une reconnaissance qu’ils n’auraient probablement pas eue avant ça. J’sais pas jusqu’à quel point ce succès est lié au fait que le groupe ce soit éloigné du grindcore, mais ce facteur et probablement à ne pas négliger, p’tit gars. Et comme j’ai plus autant d’orgueil que dans ma vive jeunesse, j’t’avouerai même que je ne connaissais pas ce band-là avant d’avoir vu ça :

C’est t’y pas assez débile à ton goût ça, l’grand? C’est assez WTF, comme vous dites ast’heure les jeunes! Je te dirais que le clip m’a toujours fait un peu rire, mais pas la musique. Pour te situer, cette année-là, un certain groupe nommé Metallica traînait avec un dénommé Bob Rock. L’bonhomme a contribué à faire connaître le groupe à l’échelle planétaire, rendant le métal un peu plus accessible au grand public, mais pendant que James Hetfield s’en donnait à cœur joie dans les « Yeah-eah » et « Yo-oh-oh wo-ooooh » et qu’il nous chantait que « Nothing Else Matters », les britanniques de Carcass pondaient des textes macabres où l’aspect médical et chirurgical lié à la mort ajoutait une touche de poésie nécrologique assez gore, merci! Ça restait encore underground, pis on aimait ça d’même.

Du côté musical, si Necrotism est beaucoup plus accessible (et franchement plus maîtrisé) que ses prédécesseurs Reek of Putrefaction et Symphonies of Sickness, c’est grâce à cette efficace combinaison de passages à la fois techniques et violents et de phrasés mélodiques plutôt accrocheurs. Il y a fort à parier que la signature du groupe, devint déterminante avec l’arrivée du guitariste Michael Amott au sein de la formation, même si sa contribution aura été de courte durée. Heureusement, la sonorité de Carcass est aussi attribuable aux membres fondateurs Jeff Walker (voix et basse) et Bill Steer (guitare), qui n’ont rien perdus de leur efficacité, soit dit en passant.

Toujours est-il que le groupe reviendra avec le superbe est grandiose Heartwork deux années plus tard, mais ça c’est une autre histoire que je te raconterai peut-être un jour, si le vieux chnoque en bas vient pas me chercher pour mes p’tits péchés. En tout cas, comme entrée en matière et point de repère par rapport au récent Surgical Steel, tu peux pas vraiment te tromper avec Necrotism, l’jeune! Peut-être même qu’après avoir entendu ça, ton t-shirt d’Avenged Sevenfold va prendre le bord au profit d’un beau gaminet à l’effigie de Carcass.

About Alexandre Duguay

Rédacteur, intégrateur et développeur web. Autrefois musicien (violoniste et guitariste). Toujours mélomane, cinévore et audiophile. Collectionneur de vinyles, cassettes et VHS.

There are 6 comments

  1. ModoM

    Je partage pleinement ton avis sur se chef d’oeuvre dapres moi il détrone meme lalbum de pink Flu dark shit of the moon.Necrotism et Heartwork on été mes 2 albums préféré durant mon jeune secondaire et meme cegep.Hier jme les tapais encore avec le ptite dernier pendant que ma fille de 2ans fesait des headbanger et comprennait que Annie Brocoli stais dla bouette 😉

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s