Les Résidences Métal : Disincarnate – Dreams of the Carrion Kind

residencesmetal_desincarnate

DISINCARNATE – Dreams of the Carrion Kind
1993 (Roadrunner Records)
CD, cass, LP

Dreams of The Carrion Kind

Ben ça parle au ‘yable! Tu viens me r’voir. Là, tu m’fais plaisir… Bonne année l’jeune! De la santé pis ben du succès dans tes études. Pis? As-tu écouté un peu de métal durant le temps des fêtes? Moi itou, l’grand. À en faire enrager les malcommodes du palier. Y’a aussi une coupe d’aide aux bénéficiaires qui aimeraient donc ça que j’écoute du Sénile ou que je me branche sur Brun FM à’ place. St-ciboire! J’peux-tu te dire qu’il va falloir qu’ils me gavent d’un truck de p’tites pillules, pour que je me rende là. Metal or die, calvince.

Parlant d’musique qui fait du bruit, j’sais pas si c’est mon inconscient qui me guide dans mes choix de vieux classiques du métal, mais mon cerveau; ce qui en reste de fonctionnel du moins, a dû faire des liens avec des albums précédents dont je t’ai parlé. Je pense à Necrotism et Diabolical Summoning. Parce que oui m’sieur, je m’en vais te parler d’un autre album de death metal du début des années 90 (une période glorieuse pour le genre j’cré ben), mais pas n’importe lequel album…

Murphy, ça te dit quelque chose? Non, non, non! Pas celui à qui on attribue l’adage « la loi de ». Pas non plus l’officier Alex Murphy qui devient Robocop. Encore moins Eddie. Je fais référence à James Murphy. Pis encore là, je ne te parle pas du gars de LCD Soundsystem qui a réalisé le récent Arcade Fire. Je fais plutôt référence au torpinouche de bon guitariste qui a contribué à une liste pas croyable de groupes métal. James Franklin Muphy. Bon, j’vais pas m’éterniser non plus sur toutes ses apparitions (tu peux approfondir ici), mais entre toé pis moé, tu peux entendre des christmas de beaux solos sur Spiritual Healing de Death (1990), sur quelques disques de Testament (Low, par exemple) et sur Cause of Death d’Obituary (je reviendrai à ce « record » dans un futur rapproché, ti-gars).

199_photo

Toujours est-il qu’un moment donné, Murphy, pour faire changement, a décidé de mettre sur pied son propre projet, Disincarnate. Outre un démo de trois pièces, le groupe n’a accouché que d’un seul et unique long jeu. Je ne sais pas dans quelle mesure Dreams of the Carrion Kind a obtenu du succès, car 1993 a été une année mo-nu-men-ta-le pour la scène métallique, mais je peux t’assurer qu’il s’agit d’un des albums importants du genre. Bouge pas, j’m’en va t’en mettre un extrait dans l’tapis.

Pis? Assez pas pire, merci, hein? Tantôt, je te parlais des liens que je devais faire inconsciemment. Un autre de ces liens, c’est Colin Richardson, ce producteur à qui on a confié la réalisation de cet opus. J’aime croire que l’association entre Murphy et Richardson contribue à la force qui réside sur ce «mauzus» de bon disque.

Dreams of the Carrion Kind confirme une de fois de plus que le guitariste James Murhpy a un talent fou pour livrer des solos épiques, mais démontre clairement que ce musicien sait aussi composer des riffs ténébreux, complexes et solides comme du roc. P’t’être bien qu’au premier abord tu vas dire : «Ouin, ben Disincarnate, ça sonne comme plein d’autres groupes du genre». T’auras pas tout à fait tort, mais en te laissant imprégner par l’atmosphère qui règne ici et en te familiarisant avec les pièces qui composent l’enregistrement, j’t’e gage trente sous que tu vas finir par pogner d’quoi, pis tu vas te rendre compte tôt ou tard que Murphy s’est donné corps et âme dans ce projet afin de peaufiner son art. Parce que, si en surface on a l’impression d’être en face d’un death metal standard, on découvre en sous la première couche vitriolique une complexité et un raffinement assez jouissifs.

Parlant de plaisir, je dois aller souper. C’est le repas où j’en profite souvent pour changer le gobelets de pilulles des malcommodes de mon palier. J’ai tellement de fun à r’garder le capharnaüm rendu au dessert. Devil, le jeune!

About Alexandre Duguay

Rédacteur, intégrateur et développeur web. Autrefois musicien (violoniste et guitariste). Toujours mélomane, cinévore et audiophile. Collectionneur de vinyles, cassettes et VHS.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s