Entrevue avec Mikael Stanne de Dark Tranquillity

dark-tranquillity-interview-boulevard-brutal

Dark Tranquillity était récemment de passage au Québec en spectacle pour faire la promotion de Atoma,  onzième et excellent album de la formation de Gothenburg. Juste avant leur prestation au Cercle de Québec, j’ai eu la chance de m’entretenir pour la deuxième fois (en personne cette fois-ci) avec le chanteur Mikael Stanne. Déchaîné sur scène, le gars est d’un calme déconcertant en privé. Même si j’étais quelque peu en retard pour l’entretien (Parc Des Laurentides, je te hais), Stanne m’a assuré de prendre le temps que je voulais avec lui. Bref, il est très sympathique. J’ai traduit les grandes lignes de l’entrevue, toutefois tu peux l’écouter en entier en bas de page. J’avais aussi demandé sur les réseaux sociaux aux fans de DT de soumettre des questions, alors je les ai posées au chanteur. Il s’est bien amusé avec ça d’ailleurs…

Boulevard Brutal: Atoma est un solide disque qui couvre à peu près tout ce qu’on a pu aimer de Dark Tranquillity depuis les 25 dernières années. Est-ce que c’était volontaire de votre part quand vous êtes entrés en studio?

Mikael Stanne: Non, pas du tout. En fait le but était de s’éloigner le plus loin possible du son Dark Tranquillity. Pour l’écriture, on avançait de deux pas pour reculer de un. Et puis quand est venu le temps de «filtrer» le tout tsé… Tous les membres du groupe ont leur propre idée de ce qu’est Dark Tranquillity, Alors même si nous essayons de se dissocier de notre son, ça demeure du DT. Avec le recul, je peux entendre un peu de la période Projector et d’autres trucs de notre passé. Nous sommes les mêmes gars qui écrivent de la musique depuis des années avec les mêmes préférences, alors on retrouve beaucoup d’éléments du passé sur Atoma. Mais ce n’était vraiment pas l’intention.

Boulevard Brutal: Les critiques sont très élogieuses pour Atoma. Crois-tu que c’est votre meilleur album à date?

Mikael Stanne: Il le faut bien, non? Sinon, quel est le but? Nous voulions faire un disque avec la musique que l’on fait depuis toujours, mais faire encore mieux, tsé… Je considère que nos disques sont des captures du moment. Ils représentent qui nous étions, ce que nous écoutions, ce que nous vivions à ce moment-là. Donc nous sommes en 2016 et ça représente ce que nous sommes en ce moment. Nous verrons bien dans le futur mais Atoma est ce que nous pouvons faire de mieux en ce moment.

Boulevard Brutal: La dernière fois qu’on s’est parlé, tu m’avais dit que Construct avait été écrit en studio et non dans votre local de pratique… Avez-vous procéder de la même manière pour Atoma?

Mikael Stanne: Oui. Nous avions beaucoup appris lors de l’écriture de Construct et nous étions beaucoup plus efficaces cette fois-ci. Ce qui veut dire aussi que nous avions plus de temps pour écouter les chansons. Nous pouvions s’en imprégner avant de les finir définitivement. À la fin de 2015, nous avions beaucoup de chansons d’écrites. Nous les écoutions dans l’auto, question de savoir où tout ce nouveau matériel allait nous mener. Nous avions tout le temps voulu pour travailler notre musique et lui donnre l’impact nécessaire.

Boulevard Brutal: Tu m’avais dit à l’époque de Construct qu’en vieillissant, tu étais devenu quelqu’un de très sceptique… L’es-tu toujours autant?

Mikael Stanne: Peut-être plus… D’avoir une approche critique et sceptique a toujours été important pour moi. C’est quelque chose qui influence mes décisions. J’aimerais croire que cette manière de penser m’aide dans la vie de tous les jours. D’autant plus maintenant avec toute l’information qui circule facilement. Auparavant, quand tu voulais avoir une information, tu devais vraiment travailler pour la trouver. Maintenant tout est là, dans ta poche. Toutefois il faut être en mesure de déceler le vrai du faux. Quand je regarde les nouvelles, quand je parle aux gens, je constate que les gens ont tendance à tout croire ce qu’ils voient et entendent. Je crois qu’il faut au contraire évaluer cette information.

Boulevard Brutal: On parle de nouvelles, quelle a été ta réaction face à l’élection du nouveau président des États-Unis?

Mikael Stanne: Je suis très heureux d’être au Canada en ce moment… (pause) C’est horrible, vraiment. Ils n’auraient pas pu choisir quelqu’un de pire. Je ne comprends pas. J’essaie de comprendre quelle fût la manière de penser des américains sur cette élection… Ça ne fait absolument pas de sens.

Boulevard Brutal: Retournons à quelque chose de plus l’fun, Atoma. C’est le premier album depuis le départ du guitariste Martin Henriksson. J’écoute l’album et je ne vois aucune incidence sur la qualité de votre musique. Est-ce que le fait qu’il ne soit plus là vous a affecté?

Mikael Stanne: Atoma était pratiquement tout écrit avant qu’il prenne la décision de quitter. Et depuis quelques années, Martin ne contribuait presque plus à l’écriture des chansons. Donc à ce niveau, il n’y a eu aucun impact. Toutefois au niveau émotionnel, nous avons été très affectés. Quand un membre fondateur nous quitte, on se demande qu’est-ce qui va nous arriver, comment on va progresser dans tout ça. Ça nous a donc forcé à se réévaluer nous-mêmes.

Boulevard Brutal: Depuis des années vous partez en tournée, sortez un album, repartez en tournée et ainsi de suite… Penses-tu un jour que ce mode de vie prendra le dessus sur toi?

Mikael Stanne: Ça l’a définitivement pris le dessus sur nous, mais c’est ce que l’on a choisi de faire. Ce genre de vie a un effet sur la vie de tous les jours, la famille, etc… Mais c’est ce qu’on a toujours voulu faire et c’est ce qu’on aime. Nous avons du plaisir à le faire! Il faut être toutefois capable de trouver la balance entre la vie de tous les jours, le studio, les tournées… Et je crois que nous avons réussi dans ce sens. Nous sommes devenus meilleurs à gérer nos trucs pour que nous puissions consacrer assez de temps dans tous les aspects de nos vies.

Boulevard Brutal: Vos fans sont extrêmement dédiés et passionnés envers ton groupe. Comment expliques-tu ça?

Mikael Stanne: Je ne sais pas! Je suis personnellement un passionné de musique et il y a pleins de bands que j’ai vu en spectacle à maintes reprises… J’apprécie les formations qui évoluent et demeurent intéressantes et enthousiastes envers leur produit. J’aime les groupes qui sont passionnés et je crois fermement que c’est la même chose pour nous, donc j’ose croire que nos fans ressentent notre passion…

skull-crossbones

Suis-moi sur Twitter

Advertisements

There are 4 comments

  1. Le Best Ov 2016 de Steve Dallaire | Boulevard Brutal

    […] Oui. Atoma, des suédois de Dark Tranquillity est mon album préféré de l’année. Pourquoi? Ben c’est un ramassis de tout ce que la formation a fait de bon au cours de sa carrière. Comme une compilation de leurs meilleurs succès mais avec des nouvelles chansons. Certains ont déploré la surexploitation des claviers sur Atoma. Ça se peut. L’influence de Depeche Mode (?!) est omniprésente tout au long de ce nouvel album, je te l’accorde. Mais je ne m’en lasse pas. Et je crois que le chanteur Mikael Stanne donne la performance de sa vie sur Atoma. Je l’ai rencontré lors du récent passage de DT au Québec. Tu peux lire ça ici. […]

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s