MÉTALCOOLIQUE : Les meilleurs albums de juin 2015

metalcoolique_boulevard-brutal

*La sélection correspond aux choix de votre humble serviteur et ne représente pas nécessairement celle du staff de Boulevard Brutal.

Avant de plonger dans le vif du sujet, je tenais à préciser que j’avais retenu 8 titres ce mois-ci. Tout d’abord parce que le mois de juin a été florissant de petites perles métalliques. Ensuite, je me suis aussi dit que ça vous en donnerait un peu plus à vous mettre sous la dent, car je m’offre une petite «pause vacances» en juillet. Bon été et bon Heavy Montreal!

8 – MUTOID MAN – Bleeder
(Sargent House)

bleederMutoid Man est un projet fondé par le chanteur/guitariste Steve Brodsky (Cave In) et le batteur Ben Koller (Converge). Alliant avec une aisance peu commune rock, punk et métal, Bleeder est le tout premier disque qui fait suite à un EP qui avait connu un très bonne réception. Chargé de riffs hyper énergiques, Bleeder possède un certain côté «léger» faisant de ce titre un excellent disque estival. Le genre d’album parfait pour un après-midi/BBQ bien arrosé, qui vire en gros party bordélique où ton gazebo risque de prendre en feu. Genre… Ça groove, ça rocke, ça thrash. Du gros fun!

7 – VANUM – Realm Of Sacrifice
(Profound Lore Records)

realm-of-sacrificeLe label canadien Profound Lore propose à nouveau un projet des plus intéressants. Celui de Vanum, duo constitué de K. Morgan (Ash Borer) et M. Rekevics (Fell Voices) et s’adonnant au black métal atmosphérique. Les musiciens nous offrent ainsi Realm Of Sacrifice, disque composé de quatre vastes tableaux à la fois sombres et chargé d’émotions vives. Riche et puissante, la musique de Vanum devrait plaire aux fans de Woods of Desolation.

6- LUCIFER – Lucifer I
(Rise Above Records)

Lucifer IJe vais te faire une confidence. En fait, ce n’est plus un secret. Je l’ai crié haut et fort sur les réseaux sociaux. Même ma blonde est au courant… J’ai un p’tit kick sur Johanna Sadonis. Ça remonte à The Oath, ancien groupe de la chanteuse qui ne faisait paraître qu’un seul album éponyme avant de rendre l’âme. Toujours sur l’étiquette Rise Above Records, l’envoûtante blonde s’associe notamment au guitariste Gaz Jennings (ex-Cathedral et Death Penalty) pour livrer un premier disque intitulé Lucifer I. La formule s’apparente à The Oath, c’est à dire qu’on demeure dans les thématiques de l’occultisme avec un doom/heavy qui prend racine dans l’héritage de Sabbath et cie. Lucifer I n’est pas le plus accrocheur des disques au premier abord, mais gagne à être apprivoisé. Abracadabra et Izrael devraient vous donner envie de vous laisser charmer.

5 – ABYSSAL – Antikatastaseis
(Profound Lore Records)

abyssalSuffocant, violent, menaçant, le death métal d’Abyssal n’est pas ce qu’il y a de plus accessible et ne plaira pas à tous d’entrée de jeu. Toutefois, si vous êtes familiers avec la musique de Portal, ou même Gorguts, vous risquez d’être rapidement conquis par Antikatastaseis. Les autres devraient quand même faire un petit effort, car malgré sa densité quasi effrayante, Antikatastaseis camoufle des passages d’une intensité et d’une rare beauté lors de moments où l’on s’y attend le moins. En fait, j’oserais même aller jusqu’à affirmer qu’au bout du compte, Abyssal est plus facile d’approche qu’il ne le laisse paraître lors de la première écoute. En tout les cas, Antikatastaseis est bien plus mélodique que les premières mesures ne le laissent présager. Au final, ce troisième opus d’Abyssal est aussi foudroyant qu’envoûtant.

4 – VATTNET VISKAR – Settler
(Century Media)

SettlerUn de mes plus grands regrets en 2013 est d’avoir acheté Sky Swallower. Mon achat a été impulsif et lourdement influencé par l’engouement d’un tas de gens qui étaient pâmés sur ce dernier. Pour ma part, j’avais finalement l’impression que la proposition était de loin inférieure à ce que Deafheaven avait livré avec Sunbather. Je ne cherche pas à (re)lancer un débat, mais je voulais simplement préciser que le charme n’avait finalement jamais opéré sur ma personne. Or, cette fois, avec Settler, hormis la pochette quelque peu douteuse, j’adhère entièrement à la musique de Vattnet Viskar. Le quatuor américain, qui donne dans le post-black/USBM, détient-là une oeuvre de haut calibre. Varié, accrocheur, intelligent et solidement construit, cet album est très bien foutu.

3 – DEATHHAMMER – Evil Power
(Hells Headbangers)

deathhammer-Pour une écoute dans la plus pure tradition des métalleux old school, je t’ordonne de te procurer la cassette d’Evil Power! L’expérience te marquera encore plus au fer rouge. Tu souhaites hausser d’un cran ton expérience? Le port du jean noir bien tights, d’espadrilles Adidas et de gants cloutés est alors recommandé. Je pense que ça fera plaisir au duo norvégien Deathhammer qui ne niaise pas avec ça, le thrash métal bien noirci. Les gars ont ouvert un portail spatio-temporel qui ramène sur Terre les adorateurs du diable de l’an 1985. Ça ne fait aucun doute. Satan is back en tabarnak!

2 – HIGH ON FIRE – Luminiferous
(eOne Music)

LuminiferousSacre bleu! Nom d’un chien! Saint ciboire d’ostensoir de christ! Je suis sur le cul. Accordant un certain intérêt à la bande de stoners que sont High on Fire, je n’ai jamais été leur plus grand fan. Mais là, la donne a changée. Je ne crois pas me mettre à écouter tous leurs albums précédents en boucle, mais je suis un fervent de Luminiferous. Ça, c’est certain! Je veux dire, cet opus est le Saint Graal du band. Tout est au top. Les riffs, la rythmique, les solos, la voix. Ça arrache, ça groove, ça tue, ça torche!

1 – PARADISE LOST – The Plague Within
(Century Media)

The Plague WithinJe soulignais, à la sortie de Tragic Idol paru en 2012, que les anglais de Paradise Lost réunissaient les meilleurs ingrédients de ce qu’ils avaient fait de mieux au cours de leur carrière. Eh bien, c’est encore le cas avec The Plague Within. Je dirais même que Paradise Lost va encore plus loin, ramenant les growls des tous débuts. Probablement que l’apport de Nick Holmes au sein de Bloodbath lui a redonné envie d’en insérer ici et là. T’sais! On ne s’en plaindra pas, puisque ça fonctionne à merveille sur les nouvelles compos. Paradise Lost réussit même à se surpasser en terme de qualité. Pas un seul morceau n’inspire l’ennui. Ça relève de l’exploit.


Vous pouvez également découvrir mes écoutes métalliques partagées sur instagram, en recherchant le mot-clic #metalcoolique.


Advertisements

About Alexandre Duguay

Rédacteur, intégrateur et développeur web. Autrefois musicien (violoniste et guitariste). Toujours mélomane, cinévore et audiophile. Collectionneur de vinyles, cassettes et VHS.

There is one comment

  1. MÉTALCOOLIQUE : Les meilleurs albums de juillet 2015 | Boulevard Brutal

    […] Le 6 juillet dernier, j’ai dit que je prendrais off pour le mois de juillet… J’arrive au constat d’un échec lamentable. Pas pu m’empêcher de boire du nouveau métal jusqu’à plus soif. Encore! Puisque je songeais vraiment à sauter un mois, mes commentaires ne seront peut-être pas aussi étoffés qu’à l’habitude (déjà que j’avais commencer à couper dans le gras), mais bon, y’a du stock qui mérite une mention sur Boulevard Brutal. […]

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s