Métal en rafale : Stargazer, Oubliette, Spectral Lore/Nachtreich, Gorgasm, Persisiting Absolution et Cult of Fire

metal-en-rafale-deaf

Commençons l’année avec quelques oubliés de 2014…

merging-boundlessSTARGAZER – A Merging to the Boundless

Sombrer dans le néant. C’est hélas ce qui arrive trop souvent, lorsqu’un album parait vers la mi-décembre, tandis que la plupart des magazines et sites spécialisés publient déjà leur «best of». Et ce serait fort injuste pour A Merging to the Boundless des australiens de Stargazer, car leur troisième enregistrement complet n’est rien de moins qu’excellent. Fans des tous premiers disques de Morbid Angel, c’est ici que vous devriez vous sentir interpellés, même si Stargazer explore davantage des sentiers peu communs, avec un death metal avant-gardiste tout aussi stimulant. Vous comprendrez la comparaison dès le premier riff de l’excellente Black Gammon, ou lors de l’écoute de la pièce titre, tout comme lors de Ride the Everglade of Reogniroro. Autrement, on a aussi l’impression que l’aura d’Atheist plane au-dessus de Stargazer. L’album peut donc donner l’impression que les musiciens tirent dans plusieurs directions, mais l’ensemble est bien loin d’être ennuyant.

Faits saillants : Black Gammon, A Merging to The Boundless, The Grand Equalizer
Label : Nuclear War Now Productions
Sortie : décembre 2014
DR : 9

 

ApparitionsOUBLIETTE – Apparitions

Apparitions est le premier album du groupe de black métal mélodique américain Oubliette. Un enregistrement qui m’était complètement passé sous le nez. C’est en faisant le tour de palmarès de fin d’année que j’ai eu vent de ce projet musical qui vaut véritablement le détour. Mélancolique à souhait, Oubliette puise son inspiration autant chez Alcest que Moonsorrow ou Dissection, tout en évoquant des groupes comme Agalloch, Summoning (les claviers cheaps en moins) ou même Woods of Desolation. Sans remporter un prix pour son originalité, la formation a le mérite de livrer des compositions vastes avec une exécution sans failles, en plus d’arrangements assez bien foutus. Oubliette est, sans l’ombre d’un doute, un groupe dont la carrière sera à suivre avec grand intérêt.

Faits saillants : Apparitions, The Fog, Withering Dreams, Palingenesis
Label : Indépendant / The Artisan Era
Sortie : juillet 2014
DR : 8

 

quivering-lightsSPECTRAL LORE / NACHTREICH – The Quivering Lights

Le multi-instrumentiste Aylos (Spectral Lore) n’aura pas chômé en 2014! En plus de faire paraître son ambitieux et phénoménal III (voir le numéro 22 de mon palmarès), le musicien s’est payé un split avec la formation allemande Nachtreicht. Le résultat n’est peut-être pas aussi concluant que III, mais c’est un des albums de métal qui fait le mieux coexister musique de chambre (classique) et black métal. Je dois avouer que le premier titre, sans être mauvais, est sur le bord d’être un peu trop sirupeux à mon goût, surtout lorsque la batterie fait son entrée vers le dernier tiers. Le tout prend du galon dès le second titre, gracieuseté d’une qualité d’écriture nettement mieux maîtrisée par Spectral Lore (écoutez la puissante Vanishing, vous allez comprendre). Les arrangements y sont, par la même occasion, généralement plus riches et subtils. On se croirait dans un film, lors des passages «classiques» à saveur orchestrales. Enfin, Nachtreich démontre plus de raffinement sur la sobre et introspective Greyness. The Quivering Lights ne plairait pas à tous, mais il s’agit d’une oeuvre plutôt riche en émotions et assez singulière dans le paysage métallique.

Faits saillants : Quivering, Greyness, Vanishing
Label : Bindrune Recordings
Sortie : décembre 2014
DR : 10

 

Destined To ViolateGORGASM – Destined To Violate

Avec une imagerie et un contenu sadique, tordu, voire dérangeant, qui ont tôt fait d’évoquer leurs mentors (on présume) Cannibal Corpse, on comprend vite que les gars de Gorgasm ne font pas dans la dentelle et encore moins dans la subtilité. En fait, je m’imagine mal citer quelques-uns des titres à mes enfants, en tentant de leur expliquer leur signification. Je serais même un peu embarrassé, si un(e) collègue de travail ou une connaissance tombait sur cet album. Sachant pertinemment que tout ceci est à prendre à n’importe quel degré, sauf au premier, je me garde quand même une petite gêne, t”sais. Ce doit être ça, vieillir. Qu’à cela ne tienne, leur musique, violente, il va sans dire, n’en demeure pas moins aussi brutale qu’efficace. Très satisfaisante en fait. Avec des riffs aussi rapides et précis à la Suffocation, Gorgasm devrait te donner ton fix de blast beats pour un petit moment avec ce Destined to Violate. Un plaisir coupable pas tout à fait assumé. En fait, oui, dans le privé.

Faits saillants : Kuntkiller, Carnivwhore, Corpsified
Label : New Standard Elite
Sortie : juillet 2014
DR : 4

 

MMXIVPERSISITING ABSOLUTION – MMXIV (EP)

Merci instagram, sans la communauté de métalleux passionnés qui s’y retrouve, je n’aurais sans doute jamais entendu parler de Persisting Absolution et leur EP intitulé MMXIV. C’est la bassiste du groupe, qui y annonçait fièrement (et avec raison), que son groupe figurait parmi les meilleures révélations de l’année, selon No Clean Singing. Le quatuor en provenance d’Halifax, Nouvelle-Écosse, étonne par une performance relativement précise, étant donné la vitesse d’exécution, les multiples changements et sa production qui transpire le DIY. Injectant une bonne dose de technicité à son death/thrash métal gonflé à bloc, vous n’avez aucune raison de ne pas tendre l’oreille vers ce mini album composé de 6 titres, puisqu’en plus de contenir de solides compos, il est offert gratuitement sur bandcamp.

Faits saillants : Mindless Conformist, Yesterdays Decay, Infinite Grind
Label : Indépendant
Sortie : octobre 2014
DR : 9

 

Ctvrta-Symfonie-OhneCULT OF FIRE – Čtvrtá Symfonie Ohně (EP)

Devant originalement paraître à la suite de Triumvirát, premier «long-jeu» de Cult Of Fire, le EP Čtvrtá Symfonie Ohně a été repoussé, puisque les tchèques ont préférés concentrer leurs énergies sur मृत्यु का तापसी अनुध्यान, alors qu’ils étaient fortement fascinés et inspirés par la culture indienne. Bref, Cult of Fire a terminé l’année 2014 en rendant finalement accessible Čtvrtá Symfonie Ohně, un EP rendant hommage au compositeur tchèque Bedřich Smetana et à deux rivières de leur coins de pays. Ainsi, le band métal propose notamment une intéressante relecture du célèbre mouvement La Moldau, tiré du poème symphonique Má Vlast (Ma patrie). Une belle façon de s’initier à la musique romantique du 19e siècle et à l’oeuvre de Smetana. C’est aussi le métal, s’ti!

Label : Iron Bonehead
Sortie : décembre 2014
DR : 9

 

Si tu en veux plus, sache que je partage aussi mes écoutes sur instagram et bandcamp.

Tu peux aussi me suivre sur twitter.


La cote DR (Dynamic Range), c’est quoi ça?
Y’a tout plein de littérature sur le web. Commence par ici et ici, si t’es le moindrement intéressé par le sujet.


About Alexandre Duguay

Rédacteur, intégrateur et développeur web. Autrefois musicien (violoniste et guitariste). Toujours mélomane, cinévore et audiophile. Collectionneur de vinyles, cassettes et VHS.

There is one comment

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s