Le Best Ov 2014 d’Alexandre Duguay

bestov2014

J’en ai fait mention sur mon blogue personnel, 2014 a été, en terme de sorties métalliques, une année prodigieuse. Je pèse mes mots.

Je me demande d’ailleurs pourquoi l’émérite Claude Rajotte s’interrogeait plus tôt cette année, sur l’état, mais surtout sur la pertinence du métal encore aujourd’hui. Ce genre de question pourrait se poser au sujet de n’importe quel genre de musique, non? Ça suscite certes des réactions, mais c’est un peu inutile, dans la mesure où il y a toujours une communauté de fervents bien vivante. À preuve, il suffit d’observer la quantité (un peu ridicule, je dois bien l’avouer) d’albums qui sont produits chaque année. Trop c’est comme pas assez et puis ça me cause de l’anxiété rien qu’à savoir que j’en échappe des dizaines. C’est un peu malade…

Bref, je parle d’une année d’exception pour la simple et bonne raison que, me considèrant comme un amateur du genre des plus exigeants, sur envrion 160 albums entendus au cours de 2014, près de 75 d’entre eux auraient pu figurer dans mon top 50 sans gêne. Quand même! C’est donc en me mordant les lèvres au sang que j’ai dû faire d’abominables desseins pour en écarter du lot. Je vous invite d’ailleurs à consulter les positions 50 à 11 de mon palmarès, publié sur mon blogue.

Enfin, cette année, afin d’établir le Top 10 que vous vous apprêtez à découvrir, j’y suis tout simplement allé avec mon cœur. J’ai tenté de faire abstraction de ma raison, et j’ai fixé mes choix purement en fonction de ce que m’ont fait vivre ces 10 albums remarquables au cours de l’année.

 

a0723340559_10

#10 MANTAR – Death by Burning

(Svart Records)

Au moment d’écrire ces lignes, je n’ai acune espèce d’idée des choix définitifs sur lesquels mes estimés collègues ce seront arrêtés. Mais j’ai une petite intuition qui me pousse à croire que Death By Burning risque d’être également cité ailleurs que dans mon top 10. C’est que l’album du duo mi-Allemand, mi-Turc, nous a tous agréablement pris par surprise il y a quelques mois. Difficile à catégoriser, la musique de Mantar rentre au poste pas à peu près. Ça sonne comme une tonne de brique et ça évoque autant Melvins que Motörhead, en flirant avec le black et Nirvana à l’époque de Bleach. Genre. Plus dans ta face que ça, tu meurs.

Pour les fans : des groupes cités ci-haut.

bestovseparateur3

Aenaon-Extance500_zps60f398bb

#9 AENAON – Extance

(code666)

Aenaon s’est imposé, en 2011, avec leur premier album (Cendres et Sang) comme une formation de black progressif à surveiller de bien près. Leur second disque, Extance, confirme la donne, démontrant non seulement que le groupe évolue fort bien, mais parvient également à livrer des compositions encore mieux définies, plus riches et incroyablement stimulantes. Si The First Art peut faire penser à Sigh (la mélodie bluesy joué au saxo aidant), le groupe Aenaon s’apparente principalement à ses compatriotes grecs de Transcending Bizarre?. On ressent aussi, tout au long de ce superbe effort, quelques similarités avec Mr. Bungle ou Faith No More (puisqu’on jurerait qu’il s’agit de Mike Patton sur Der Mude Tod). Enfin, sans être prédominantes, les racines du blues et du jazz se manifestent à plus d’une reprise sur cet étonnant Extance. Au final, on réalise qu’Aenaon prend certes de nombreuses directions. Pourtant, tout en demeurant très heavy, la cohérence et l’intelligence des arrangements font en sorte qu’on ne sent pas déboussolé un seul instant.

Pour les fans de : Ihsashn, Arcturus, Enslaved et Faith No More

bestovseparateur3

a1290004267_10

#8 DEAD CONGREGATION – Promulgation of the Fall

(Martyrdoom/Profound Lore)

Second disque de ce groupe nous provenant de la Grèce, Promulgation of the Fall s’avère, à mon avis, un album très important de la scène death métal moderne. Conscient des racines du genre sans se complaire dans l’hommage old school, Dead Congregation offre toute une leçon d’évolution du death metal pur et dur. Extrême, sans tomber dans le piège de la surenchère de brutalité à tout prix et démontrant un talent indéniable pour la composition, le quatuor amorce cet album avec quatre morceaux qui s’imbriquent à merveille, comme s’il s’agissait d’une symphonie pour la fin du monde. On peut cibler quelques influences ou similarités avec d’autres groupes, comme par exemple, le riff d’introduction d’Immaculate Poison évoquant Morbid Angel, tandis que le superbe solo de guitare rappelle les moments glorieux d’Andreas Kisser sur Arise. Mais cela n’affecte en rien le fait que Dead Congregation possède une personnalité forte, qui lui est propre. Promulgation of the Fall est un album que tout amateur de death métal doit posséder dans sa bibliothèque musicale.

Pour les fans de : Immolation, Incantation et Morbid Angel

bestovseparateur3

Capture d’écran 2014-02-07 à 08.49.19

#7 TRIPTYKON – Melana Chasmata

(Century Media)

Après avoir fait paraître un solide premier effort (Eparistera Daimones), Triptykon se la ramène avec un second enregistrement studio tout aussi, sinon plus satisfaisant. Suite logique à son prédécesseur, Melana Chasmata incarne la lourdeur et la noirceur. Imposant, vaste (superbe Aurorae), sombre, heavy (Tree of Suffocating Soul, Breathing) et atmosphérique (Boleskine House), ce disque confirme que Thomas Gabriel Fisher et ses acolytes (l’apport du guitariste V. Santura de Dark Fortress n’est certes pas à négliger) sont en pleine possession de leurs moyens alors que le leader de Triptykon semble au sommet de son art. Du très grand métal.

Pour le fans de : Celtic Frost

bestovseparateur3

panopticon

#6 PANOPTICON – Roads to The North

(Bindrune Recordings)

Je l’ai déjà mentionné en parlant de l’album Kentucky paru en 2012, Panopticon est le projet du multi-instrumentiste Austin Lunn. Musicien américain des plus prolifiques, il ne cesse de faire paraître des singles, EP et splits depuis quelques années déjà. Si l’ensemble de son œuvre peut sembler inégal, l’évolution de cet artiste est en progression constante. Avec son plus récent album, Roads to the North, on peut ainsi établir que Panopticon a atteint sa pleine maturité. La vision artistique du type n’a jamais été aussi bien traduite que maintenant. En résulte un disque où l’on se retrouve au cœur d’un black métal épique, empreint de mélodies enlevantes et de guitar licks kick ass, sans oublier de magnifiques passages de folk et de bluegrass. Lorsque plus heavy, les multiples couches semblent parfois difficiles à discerner, dans un mix qui m’apparaît un peu flou. En revanche, Colin Marston a été capable d’aller chercher un grain très intéressant dans les textures des pièces acoustiques. Roads to The North s’avère un album très important pour la scène métal américaine. J’ose même avancer qu’il s’agit d’un opus majeur pour le métal tout court.

Pour les fans de : USBM, death mélodique et bluegrass (!!!)

bestovseparateur3

Thantifaxath-Sacred-White-Noise

#5 THANTIFAXATH – Sacred White Noise

(Dark Descent)

Oui, cela peut sembler inusité de retrouver «black métal» et «Toronto» dans la même phrase, mais c’est ce dont il en retourne pour le trio de musiciens anonymes constituant Thantifaxath. Et ce groupe, qui semble se plaire à une certaine forme d’«exploration» musicale, ne se prive pas afin de repousser les limites du genre. Ils ne sont certes pas les premiers à ne pas se limiter au carcan du black métal traditionnel, mais putain de bordel de merde qu’ils le font bien! Sacred White Noise n’est rien de moins qu’une hostie de claque en plein visage, venant mettre un peu de chaos, tout en apportant de la substance au milieu métallique. Sérieusement, si vous êtes de ceux qui considérez que la scène manque de sang neuf et d’originalité, vous auriez intérêt à vous pencher sur le cas de Thantifaxath. Chacun des titres de Sacred White Noise comporte des riffs monstrueux, déstabilisants, claustrophobiques ou tout simplement hallucinants. Fou! Au beau milieu de tout ce vacarme, les musiciens proposent l’aussi planante qu’inquiétante Eternally Falling. Avec ses pads de synthé des années 80, des accords et arpèges de guitares dissonants ramenant au soundtrack de Crash de Cronenberg et un solo de violon jazzé à la Mahavishnu Orchestra, vous ne pourrez que vous incliner face à la richesse de cet incroyable opus.

Pour les fans de : Deathspell Omega, Krallice

bestovseparateur3

emptiness_nothing

#4 EMPTINESS – Nothing But The Whole

(Dark Descent)

Le label Dark Descent parvient encore à me surprendre. Cette fois, avec Nothing But the Whole du groupe belge Emptiness. Il s’agit d’un band notamment composé de quelques membres d’Enthroned, et dont je ne soupçonnais même pas l’existence, alors qu’ils en sont à leur quatrième enregistrement complet. Il s’agit donc d’un disque atmosphérique, aussi ténébreux qu’envoûtant. Emptiness fait vivre toute un gamme d’émotion, passant de la mélancolie à l’agressivité, en plus d’une aura menaçante qui nous guette constamment. Étrange et flirtant avec le gothique, le black et l’industriel à la limite, tout en demeurant mélodique, Nothing But The Whole n’est rien de moins qu’un disque exceptionnel.

Pour les fans : du côté très obscur du métal

bestovseparateur3

UUxx8l7

#3 SONS OF CROM – Riddle Of Steel

(Debemur Morti)

Sors mon bouclier pis mon hallebarde de destruction, beubé. Ton preux chevalier s’en va gagner le tournoi au grandeur nature juste pour toé! Simonac que je me sens glorieux et héroïque à l’écoute de Sons Of Crom et leur très bon disque Riddle Of Steel! La voix peut être un facteur rebutant à prime à bord (ça été mon cas), mais ce disque concept pullule de lignes de guitare épiques et de mélodies mémorables. La qualité d’écriture est si remarquable qu’on pardonne aisément les faiblesses vocales. Rendez-vous service en écoutant cette oeuvre de heavy métal pur et dur et toute aussi inspirée.

Pour les fans de : Bathory et Iron Maiden

bestovseparateur3

Horrendous Cover

#2 HORRENDOUS – Ecdysis

(Dark Descent)

Si l’album Ecdysis d’Horrendous ne vous dit absolument rien, retenez ce nom, car, pour tout vous dire, le disque n’est rien de moins qu’exquis. Qualité de composition, d’exécution et de production sont au rendez-vous. L’opus peut ne pas séduire dès la première écoute, pourtant, une fois familiarisé avec l’ensemble de l’oeuvre, on constate à quel point le trio américain se donne à fond pour livrer une musique qui puise certes dans les anales du death métal des années 1990 (Asphyx, Death, Dark Tranquillity, At The Gates à ses débuts et même Carcass sur Nepenthe), mais qui va au-delà de l’imitation ou de l’hommage facile. Horrendous a une identité qui lui est propre, tant au niveau de la sonorité que d’un point de vue musical. Brillant! Un futur incontournable.

Pour les fans de : Death, Asphyx, Morbus Chron

bestovseparateur3

artificialbrain-800x800

#1 ARTIFICIAL BRAIN – Labyrinth Constellation

(Profound Lore)

Ce projet du guitariste Dan Gargiulo (Revocation) et du chanteur Will Smith (ex-Biolich) se rapproche dangeureusement de la perfection. Dans la même veine que Gorguts, avec un intérêt pour des thématiques empruntées à la science-fiction, ce qui n’est pas sans rappeler l’imaginaire de Voïvod, le groupe basé à New York catapulte l’auditeur dans un violent tourbillon qui fait décrocher la mâchoire. Artificial Brain y va donc d’un death métal technique de haute voltige, aussi brutal que saisissant, qui est beaucoup plus accessible qu’on ne peut l’imaginer. Au-delà des qualités musicales et d’exécution, les musiciens ont eu la brillante idée de requérir les services de Colin Marston (Gorguts, Vaura, Krallice) à la prise de son, au mix et au mastering. Son style de réalisation se fait clairement entendre et on ne peut que s’en réjouir. C’est simple, Artificial Brain est l’une des meilleures choses qui soit arrivé au métal américain ces dernières années.

Pour les fans de : Gorguts, Revocation, Voïvod

 

Si tu en veux plus, sache que je partage aussi mes écoutes sur : Instagram et Bandcamp.
Tu peux aussi me suivre sur Twitter.

 

About Alexandre Duguay

Rédacteur, intégrateur et développeur web. Autrefois musicien (violoniste et guitariste). Toujours mélomane, cinévore et audiophile. Collectionneur de vinyles, cassettes et VHS.

There are 2 comments

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s