Métal en rafale : Allegaeon, Chaos Moon, Goatwhore, Myrkur, Septicflesh, UltraMantis Black et Wretched

metal-en-rafale-deaf

NDA – La cote DR correspond à la valeur moyenne de l’échelle de dynamiques (Dynamic Range). Plus la valeur est basse, plus le disque souffre d’une compression résultant d’un mastering visant à maximiser le volume

Elements of the InfiniteALLEGAEON – Elements of the Infinite
Metal Blade | juin 2014
DR5 (mp3 320 kbps)

7

Allegaeon (que l’on prononcerait uh-lee-juhn), est un quintette de death métal mélodique qui m’avait grandement impressionné avec leurs précédents Fragments of Form and Function et Formshitfer. C’est que les musiciens du Colorado sont très doués, mais savent aussi écrire de bonnes pièces musicales. Inutile de vous préciser que mes attentes face à ce Elements of the Infinite étaient très élevées, d’autant plus que leur premier extrait, 1.618 – dont le clip amusant et empreint d’auto-dérision face à la communauté métallique – laissait présager le meilleur. Or, ce n’est pas tout à fait ce qui se produit avec ce 3e disque. Elements of the Infinite déçoit, faute de vouloir démontrer trop de versatilité au détriment de la qualité des compositions. L’impression que la bande tente de se redéfinir en cherchant à élargir ses horizons se fait trop ressentir, atténuant la cohérence de l’opus. Il faut donc patienter jusqu’au troisième titre, Dyson Sphere, avant de pouvoir réellement connecter avec Allegaeon. Heureusement, le groupe séduit avec d’excellents morceaux tels que The Phylogenesis Stretch ou Genocide for Praise – Vals for the Vitruvian Man, mais au final, Elements of the Infinite n’est pas suffisamment engageant.

 

Resurrection ExtractCHAOS MOON – Resurrection Extract
I, Voidhanger Records | juin 2014
DR9 (mp3 320 kbps)

8

Chaos Moon, c’est le projet du musicien Esoterica. Alex Poole de son véritable nom, notamment guitariste pour le groupe Krieg. Resurrection Extract est le troisième enregistrement complet pour Chaos Moon, un album inespéré pour les fans de le première heure, puisque Poole avait déclaré en 2011 qu’il mettait fin au projet. Resurrection Extract, est, en ce qui me concerne, mon initiation à ce projet bien personnel du musicien. L’artiste convie l’auditeur à du black relativement chargé (peut-être trop par moment), avec une production où la réverbération est de mise, tout comme les séquences en délai lors de moments plus calmes. C’est aussi une œuvre où la sincérité transparait, ce qui donne du poids à la proposition de Poole. Entre hargne et intensité (Altar), mélancolie et démence (Bloodfall), on retrouve aussi des passages méditatifs et hypnotisants (Empty Fissure). Une belle réussite, mais surtout une de mes découvertes les plus intéressantes cette année.

 

Constricting Rage of the MercilessGOATWHORE – Constricting Rage of The Merciless
Metal Blade | juillet 2014
DR6 (mp3 320 kbps)

6.9

Mettant de l’avant le fait qu’ils aient enregistré Constricting Rage of The Merciless avec de l’analogique (façon vieille école), je répondrais à Goatwhore qu’on s’en crisse un peu finalement. Pourquoi? Pour la simple et bonne raison que ça ne s’entend pas vraiment, quand la compression donne une échelle de dynamiques de 6 sur un fichier numérique. Peut-être qu’on le remarque sur la version vinyle, mais je ne me procurerai pas l’album parce qu’il ne me plait pas suffisamment pour ça. Désolé, les gars. Ça n’empêche pas Goatwhore d’avoir poursuivi dans sa lancée de thrash noirci avec une certaine énergie et ça demeure somme toute correct, mais c’est tout aussi convenu. Leur album précédent, Blood for the Master, s’avérait, musicalement, beaucoup plus stimulant. Malgré cela, des titres comme Unravelling Paradise, Baring Teeth For Revolt (une toune rock n’ roll un peu à la Motorhead, mais avec un vocal plus harsh) valent le détour.

 

myrkurMYRKUR – Myrkur
Relapse | septembre 2014
DR7 (mp3 320 kbps)

6.6

Ouvrant avec des voix célestes qui empruntent d’abord au chant grégorien, pour tendre vers la polyphonie, Myrkur, qui signifie « noirceur » est le projet d’une femme « mystérieuse » dont on ne savait peu de choses, jusqu’à ce qu’on apprenne qu’il s’agit en fait de la mannequin Amalie Bruun, aussi du groupe Ex Cops. S’inspirant de la mythologie nordique, la musicienne d’origine danoise établie à New York serait donc fan de métal et suggère un premier EP homonyme rempli de passages lumineux et de sections dignes du black métal jadis servi par Darktrhrone ou encore Ulver. La production reflète d’ailleurs cet esprit lo fi dans les moments plus heavy, ce qui peut énerver si on écoute l’album sur son baladeur numérique avec des écouteurs ordinaires (ceux d’Apple pour ne pas les nommer). De plus, on peut parfois percevoir les coupures entre les passages épurés et folkloriques et ceux où le black métal se manifeste. Ces derniers sont d’ailleurs (et étrangement) moins forts que le reste. N’empêche que, malgré ces imperfections et son manque d’originalité au niveau de l’écriture, la démarche demeure relativement intéressante.

 

Septicflesh-TitanSEPTICFLESH – Titan
Season of Mist / Prosthetic | juin 2014
DR6 (mp3 320 kbps)

7.7

Ayant été amèrement déçu par The Great Mass, j’avais un fort préjugé négatif avant même d’avoir entendu Titan. Il m’en aura donc fallu du temps, avant d’entreprendre une écoute objective du plus récent album de Septicflesh. Une attente qui a valu la peine, puisque la plus récente production des grecs est beaucoup plus satisfaisante que le précédent effort. Septicflesh, c’est un peu comme un film à grand déploiement hollywoodien où l’on mise sur le spectaculaire. Sauf qu’ici, au lieu de se contenter que de nous en foutre plein la gueule avec des effets spéciaux, on a droit à un scénario pas trop bête. Cela se manifeste par des arrangements riches et de nombreuses lignes accrocheuses. Avec ses cordes frénétiques évoquant l’oeuvre de Bernard Herrmann (fidèle compositeur de nombreux films d’Alfred Hitchcock), la pièce titre n’est pas nommée ainsi en vain. La première moitié de l’album est franchement à la hauteur des ambitions du groupe. Il est un peu dommage que les deux derniers morceaux soient moins réussis que le reste. Pas aussi fort que Communion, mais drôlement plus raffiné que The Great Mass.

 

4pnl_folderULTRAMANTIS BLACK – UltraMantis Black EP
Relapse | juillet 2014
DR5 (mp3 320 kbps)

7.6

Il n’y a pas que des mannequins ou des acteurs qui tentent de se lancer dans la chanson. Il y a aussi des lutteurs. Parlez-en à Ultramantis Black, qui a fait le grand saut (de la 3e corde… boum boum tssss) en plongeant tête première dans le hardcore teinté de métal. Le résultat est étonnant. Bien qu’on ne soit pas assommé par quelconque forme d’originalité, on subit la férocité de ce EP de 14 minutes qui décoiffe pas rien qu’un peu. Le catcheur végétarien, avec ses propos engagés, s’est entouré des membres de Pissed Jeans pour livrer une musique qu’on pourrait définir comme un croisement entre Converge et Black Flag. Le résultat est aussi violent que le Cosmic Doom du lutteur et ça fesse tout autant. Défoulement garantit.

 

CannibalWRETCHED – Cannibal
Victory Records | juin 2014
DR6 (mp3 320 kbps)

7

Jouant dans les platebandes du deathcore (un sous-genre pour lequel j’ai très peu d’affinité et qui me lasse très rapidement), Wretched aurait pu facilement échouer au test de ma patience. Pourtant, un sérieux avantage fait que dans leur cas – ou dans le cas de cet album du moins – le quintette américain se démarque de nombreux de leurs pairs et parvient, du même coup, à obtenir ma grâce. C’est d’abord cette propension à livrer des solos de guitares aussi mélodiques que mémorables qui m’a plu. Et bien que certains riffs m’apparaissent dangereusement convenus, Wretched surprend à plus d’une reprise avec quelques élans de thrash et surtout de death technique d’une efficacité à laquelle je ne m’attendais vraiment pas. La production correspond (hélas) aux tendances du moment, mais la livraison des musiciens est ni plus ni moins excellente.

 

About Alexandre Duguay

Rédacteur, intégrateur et développeur web. Autrefois musicien (violoniste et guitariste). Toujours mélomane, cinévore et audiophile. Collectionneur de vinyles, cassettes et VHS.

There are 2 comments

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s