Critique de Black Storm Of Violence – Rage Nucléaire

SOM RNbsovbooklet 1_12

– «First of all, fuck you!!!»

Ben non, je ne suis pas en train de t’insulter dude… C’est que le deuxième album de Rage Nucléaire débute de cette manière avec la chanson Annihilation Frenzy, qui en dit long sur le contenu de ce Black Storm Of Violence. Lord Worm (Cryptopsy, ai-je vraiment besoin de le mentionner?) et ses acolytes n’en ont rien à foutre de que ce tu penses. Rage Nucléaire se fait plaisir avant toute chose et si tu n’apprécies pas, ben c’est ça… Fuck you. J’avais vraiment adoré l’album précédent, Unrelenting Fucking Hatred, et j’attendais ce nouvel opus avec la même impatience que Zoé Zebra pour ses fausses boules.

Si tu n’as pas accroché sur le premier disque, ne perd pas ton temps avec celui-ci, je te le dis tout de suite. La musique de Rage Nucléaire est abrasive autant qu’avant. En osti. En terme de démence sonore, le seul groupe qui me vient en tête pour faire la comparaison est Anaal Nathrakh. Lord Worm est tout aussi déstabilisant qu’à l’habitude et le black métal aux accents industriels fait toujours office de figure de proue. La scie mécanique dans l’introduction de A Sino-American Chainsaw War nous rappelle que nous ne sommes pas en train d’écouter le nouveau SlipSour.

Toutefois, il y a des éléments un peu plus mélodiques et progressifs, entre autres sur la meilleure pièce de l’album, Goddess Of Filth. Une longue toune de 7:55 avec un doux passage au piano en milieu de chanson. Est-ce que Rage Nucléaire tente une approche plus commerciale? Un nouveau Black Album? Pas du tout. C’est seulement pour t’en mettre plein la gueule plus tard. Ça donne juste un côté un peu plus épique à cette cacophonie macabre. Étrangement, la plupart des critiques sont dures envers Black Storm Of Violence. Certains se plaignent que la voix de Lord Worm semble enregistrée à partir d’une cabine téléphonique. Personnellement, je trouve que ça fait partie du charme. D’autres mentionnent que ce disque manque de férocité, alors je me demande bien comment il est possible de trouver une musique plus féroce. Fouille moé. Black Storm Of Violence porte très bien son nom, c’est froid, violent, et totalement malsain.

Tout comme Unrelenting Fucking Hatred, ce nouveau disque ne se digère pas facilement. Il faut lui donner quelques écoutes pour en apprécier toute sa puissance. Les mélodies, dissimulées sous cette couche de bruit, se développent peu à peu dans tes oreilles. Point de vue réalisation, ça sonne légèrement mieux que sur le premier disque. La guitare fuzzée de Dark Rage est toujours aussi en avant-plan et le jeu du batteur Fredrik Widigs (Marduk) est encore une fois magistral. Ce qui est tout à fait étonnant d’ailleurs, puisque la formation montréalaise n’a jamais rencontré Widigs. Tout se fait à distance. Ok, tu vas me dire qu’on est en 2014, mais il reste que jouer physiquement avec un autre musicien rend la tâche plus facile, mettons.

L’attente en valait donc la peine, je ne suis pas déçu de ce Black Storm Of Violence. Je remarque une évolution au niveau des compositions et l’univers tourmenté de Rage Nucléaire demeure intact. L’effet de surprise est évidemment moins présent, néanmoins ça demeure de la musique de fous, faite par des fous, pour des fous. Comme moi. Peut-être toi aussi…

Cote de Steve: 8 Zoé Zebra sur 10

https://twitter.com/stevedallaire

There is one comment

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s