Les Résidences Métal : Diamond Head – Lightning to the Nations

residencesdiamond

DIAMOND HEAD – Lightning to the Nations
1980/1993 (Happy Face Records/Metal Blade)
LP, CD, Cass

Oh! Ch’est toé l’cheune! Pouche pas, m’a o’r’mettre mon dentier. M’attendais pas à r’chevoir de la grand fisite auchourd’hui. Baon! Là, j’suis un peu plus présentable.

DiamondHead-Lignting-MetalBlade

Faut que j’t’avoue que je m’étais dis que la prochaine fois que tu repassais à’ Résidence, m’en allais t’parler d’un autre groupe que celui sur lequel j’ai finalement arrêté mon choix. C’est que, vois-tu l’grand, j’ai appris que c’était Metallica le gros nom de la prochaine édition du Heavy Montréal. Bon, là, j’vais pas te reparler de Kill ‘Em All, parce que j’radote p’têtre un peu des fois, mais pas tant que ça non plus. Non. En fait, je me suis dit que c’était l’occasion idéale pour te parler d’un band du NWOBHM qui a fortement marqué Metallica.

Si je te dis, Helpless, tu risques de penser à Gargage Days Re-Revisited. Si je dis Am I Evil, tu penses à Kill ‘Em All. Pis y’a des grosses chances que si je te fredonne It’s Electric et The Prince (d’abord parue comme b-side de One), tu associes ces solides tounes à Metallica. Possible que je ne t’apprenne rien, mais ces quatre pièces sont toutes tirées d’un album de Diamond Head, Lightning to the Nations.

En fait, en 1980, l’année de sa sortie, Lightning to the Nations n’était même pas le titre de ce disque. Il a d’abord été défini en tant que « White Album », puisque cet enregistrement de 7 pièces n’avait aucun titre officiel. Les fans, comme le groupe, auraient fini par l’identifier par Lightning to the Nations, tout simplement car il s’agit de la pièce qui ouvre ce fabuleux disque. Tu dois donc savoir que la première série de copies venait avec une jaquette toute blanche, signée par l’un ou l’autre des membres (Brian Tatler à la guitare, Duncan Scott à la batterie, Sean Harris à la voix et Colin Kimberley à la basse). D’autres éditions ont été imprimées l’année suivante et Metal Blade a aussi offert une ré-édition CD et cassette en 1993. Universal a également lancé une version double CD en 2011, comprenant d’autres titres enregistrés dans les mêmes années.

LightningToTheNations-HappyFace LightningNations-german LightningNations-Universal

Bref, ça prend pas un diplôme d’études supérieurs émis par l’Académie du Métal pour comprendre que l’influence des britanniques de Diamond Head a eu à l’époque où j’avais encore des cheveux, un impact majeur sur les ti-culs de Metallica. James Hetfield en particulier, j’oserais même avancer, l’jeune. Pourquoi lui plus que les autres? Parce que si tu portes une attention toute particulière aux intonations vocales de Sean Harris, tu vas tout de suite réaliser qu’Hetfield a appris à chanter avec lui, en quelque sorte. Hetfield emploie une voix plus rauque, mais autrement, il doit beaucoup à Harris. Écoute-ça, ç’t’assez flagrant.

Mais euh… entre toé pis moé, on s’entend-tu pour dire que c’est un peu beaucoup grâce à Metallica si Diamond Head n’a pas sombré pas dans l’oubli. Sombrer dans l’oubli… C’est le destin de ben du monde icitte à’ Résidence. Ouin… Mais en attendant, j’chus pas encore parti, fait que mes voisins de paliers sont condamnés à entendre quelques riffs assassins de métal hurlant dans l’tapis. Hahahaha, huh, hahahaerrhg, huuuuh, hargeuuugh! S’cuse. La grippe était mauvais c’t’année.

Oh, si t’es capable de mettre la main sur les enregistrements originaux, t’sais, la première version de 1980, ça a quelque chose d’encore plus authentique et l’énergie, tout comme la performance du band, étaient vraiment solides. Ce foutu Lightning to the Nations, c’t’un ostifi de classique. Tantôt je te disais que la gang de Diamond Head pouvait remercier Metallica de les avoir souvent cité, mais d’un autre côté, probablement que Metallica ne serait pas le glorieux band qu’il a déjà été, si ce n’était pas de Diamond Head (band qui était au Heavy MTL en 2011, l’été avant que je sois admis à la résidence).

Pense à ça, sur ton chemin du retour. Pis euh… traîne pas trop dans les recoins de ruelles louches, champion. J’aimerais ben ça que tu r’viennes faire ton tour. J’ai une coupel d’autres microsillons à dépoussiérer pis à te faire écouter.

About Alexandre Duguay

Rédacteur, intégrateur et développeur web. Autrefois musicien (violoniste et guitariste). Toujours mélomane, cinévore et audiophile. Collectionneur de vinyles, cassettes et VHS.

There is one comment

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s