Critique de Rise Of The Elder Ones – Necronomicon

SOM 298 Necronomicon

J’ai eu un léger pincement au cœur cette semaine alors que je portais fièrement mon chandail de Necronomicon. Un ami, croyant que le trio n’existait plus depuis belle lurette, se demandait où j’avais pris un chandail aussi vintage… Non seulement le groupe est toujours vivant, mais il est également à son apogée au niveau créatif. Malheureusement, Necronomicon ne parvient pas à sortir des disques sur une base régulière, on dirait que le sort s’acharne sur la formation d’origine saguenéenne. À preuve, le batteur Rick a subi une opération à un pied récemment, ce qui a mis un frein aux activités pour quelques mois. Comble de malheur, on vient d’apprendre que leur bassiste de session (t’es où Armaros?) vient de se blesser à quelques jours du début de la tournée avec Deicide… Tsé quand ça va ben.

Il n’y a pas que des mauvaises nouvelles toutefois, puisque Rob The Witch et sa bande sont maintenant appuyés par un label important, soit Season Of Mist. Rise Of The Elder Ones est d’ailleurs la première offrande à paraître sur cette étiquette. Et quel début!!! J’avais vraiment apprécié The Return Of The Witch, paru en 2010, mais ce nouvel album est définitivement une coche au-dessus. Tiens, écoute ça pour te mettre le sang à la bouche:

Cette pièce débute l’album avec force. Le genre de toune à écouter avec des couches Depend pour ne pas salir son caleçon. Sur The End Of Times, la voix angélique que l’on entend donne un résultat savoureux et bien que Necronomicon n’ait jamais donné dans la dentelle, la mélodie a toujours sa place.

La toune The Living God est quant à moi la meilleure sur ce nouvel opus. Les rythmes à contretemps de Rick (ou Éric Bastien si tu préfères) sont subtiles et savoureux. Son jeu à la batterie est comparable à celui du grand (ou gros) Nicholas Barker (Dimmu Borgir, Cradle Of Filth, et j’en passe), bref il maîtrise son art. Avec ses prouesses, il vole carrément le show sur Rise Of The Elder Ones. Du bonbon pour les fans de percussions.

Pour ce qui est de Mr. The Witch, rien à redire, il offre sa meilleure performance à date. On le sent en pleine maîtrise de sa voix et son jeu à la guitare est irréprochable. Ok, Necronomicon ne réinvente pas la roue en matière de death métal noir, mais au moins il a le mérite de faire les choses différemment, entre autre sur l’instrumentale The Nuclear Chaos. Cette pièce donne littéralement froid dans le dos avec ses bruits de mouches bizarres et son ambiance sinistre. L’utilisation des claviers sur certaines chansons est posée, rien pour te tomber sur les nerfs. Oublie les comparaisons avec Behemoth, Septic Flesh ou Dimmu Borgir, Necronomicon a trouvé un son propre à eux sur Rise Of The Elder Ones.

Seul bémol, j’ai l’impression que les riffs de guitares se répètent à l’occasion. Rien de bien terrible, enfin pas assez pour ne pas pouvoir apprécier cette production québécoise digne des plus grands de ce monde en matière de black/death métal. Tout ce que j’espère maintenant, c’est que les malheurs soient derrière le groupe, Necronomicon le mérite bien.

Cote de Steve: 8.5 bobettes souillées sur 10

https://twitter.com/stevedallaire

There are 4 comments

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s