Critique de Years In A Day — Cult of Luna

cult of luna dvd

Il y a quelques années déjà que Cult Of Luna a cessé de faire de longues et éreintantes tournées et garde son calendrier de concert au minimum. Quelques dates ici et là, les festivals européens et c’est pas mal ça pour les sept musiciens qui nous assurent à la moindre occasion qu’ils sont bien occupés à l’extérieur de leur implication dans ce projet post-métal.

Pour cette raison, pour un amateur nord-américain de Cult Of Luna, l’espoir de les voir en concert était jusqu’à tout récemment comparable à celui de revoir ISIS se reformer et lancer du nouveau matériel.

Bref, ça c’est le contexte dans lequel arrive Years In A Day, un coffret incluant deux disques en concert au festival Roadburn en 2013 et en 2016 ainsi qu’un DVD capté à Paris l’an dernier, à La Gaîté Lyrique. C’est sur ce document que s’attarde ce texte.

Et disons-le d’emblée, c’est pas parce que Cult Of Luna tourne peu que le groupe tourne cheap. Johannes Persson, compositeur et principal parolier du septuor, a toujours privilégié une approche totale et totalisante de sa musique, il va donc s’en dire que sur scène, on ne néglige aucun détail pour appuyer cette démarche.

Avec son savant système d’éclairage qui provient du derrière de la scène, le groupe cré juste ce qu’il faut d’ombre pour  favoriser l’introspection et se donner la prestance d’un monument en mouvements informes. Les silhouettes des musiciens se détachent sans toutefois qu’on puisse décoder les contrastes et les détails des corps. C’est froid et imposant tout en étant résolument sobre comme mise en scène. Chaque pièce est ensuite mise en couleur comme autant de tableaux lumineux.

La captation vidéo de la prestation de Paris respecte elle aussi la direction artistique de Cult Of Luna et la bonifie même grâce à l’usage d’angles multiples et des variations intéressantes dans la médiatisation de la performance. Caméras fixes, montées sur un bras articulé, dans la foule, caméras à l’épaule, très gros plan, usage d’appareil DSLR, bref, rien n’est laissé au hasard et tout contribue à appuyer l’impériale présence du groupe.

Deux batteurs, trois guitaristes, un claviériste / arrangeur et un bassiste. C’est certainement solide comme alignement pour jouer fort, mais les gars prouvent par-dessus le marché qu’ils sont des monstres d’exécution et de précision. Dans les moments vaporeux (Light Cahser, Marching to the Heartbeats, Waiting For You) comme dans l’intensité chaotique créée par leurs murs de riffs (I, The Weapon, Echoes, Finland), Cult Of Luna attaque et s’envole avec la même rigueur obstinée et la même écrasante assurance qu’est celle des vieux routiers.

De manière plus générale, Years In A Day confirme que la bande à Persson est le plus puissant orchestre post-métal actuellement (avec Neurosis, quand même). Même ISIS, la défunte et adulée formation ne s’est jamais approchée de cette colossale livraison en concert. Sans doute en raison de la faible étendue vocale d’Aaron Turner, mais probablement aussi pour des raisons punk qui ne regardent que les cinq musiciens, ISIS n’a jamais été ce monolithe autoritaire à l’extérieur du studio.

Pour ce qui est du répertoire présenté par le groupe à Paris, il comblera l’amateur averti. Cult Of Luna exécute l’incontournable Somewhere Along The Highway dans son intégralité (le groupe a tourné l’an dernier avec ce matériel pour les dix ans du disque), avec en lever de rideau six morceaux tirés de toutes les périodes de son catalogue (sauf les deux premiers albums. Sorry Guillaume Duguay, ils ne font pas Receiver!).

D’ailleurs Waiting for You est un moment fort de cette prestation, avec son début mogwaiesque et sa titanesque conclusion.

Years In A Day est au final un document important pour quiconque s’intéresse au «thinking men’s metal» comme le disait Turner, mais saura aussi intéressé, j’ose croire, un plus large public malgré l’aride chant de Persson.  Car après tout ce film présente un groupe qui roule sa bosse depuis près de 20 ans et qui musicalement et stylistiquement est au sommet.

Il faut voir d’ailleurs comme Persson empoigne son micro, le pied sur le moniteur, pour comprendre que cette féroce assurance est celle d’un groupe qui ne laisse rien au hasard. Et pour ça, j’admire encore davantage Cult Of Luna.

MA NOTE : 9,5 / 10
Cult Of Luna
Years In A Day
Indie Recordings
1 h 52 min

Chansons jouées

1. The Sweep
2. Light Chaser
3. Owlwood
4. Echoes
5. I: The Weapon
6. Waiting For You
7. Marching To The Heartbeats
8. Finland
9. Back To Chapel Town
10. And With Her Came The Birds
11. Thirtyfour
12. Dim
13. Dark City Dead Man

Advertisements

About Jean-Simon Fabien

Journaliste, chroniqueur @CamuzMontreal, clé à molette, fan de stoner-rock et des Maple Leafs du Toronto (mettons...). J'ai mon bac brun dans #RosePatrie aussi