Moonlover, l’anti-Sunbather

ghost bath starmourner

Ce texte est paru originalement sur Camuz.ca. Comme Ghost Bath est sur le point de lancer Starmourner (le 21 avril), nous republions ce texte qui avait fait grand bruit au moment de sa première publication. Un tour d’horizon qui, mine de rien nous en apprend sur le dialogue qu’entretient Ghost Bath avec son public, la scène dans laquelle il évolue et ce qu’on appelle le USBM ou le post-black métal.

*********************

On entend parler plus fréquemment de post-black métal ou de « black-gaze », depuis la parution de Sunbather, de Deafheaven, en 2013.

De voir des groupes émergés qui empruntent à la formation menée par Kerry McCoy et George Clark n’est donc pas surprenant considérant l’impact qu’a eu cet album à la pochette rose : un épiphénomène qui a secoué public, critiques et mélomanes avertis. Et il faut le dire, un groupe de post-black métal qui fait la tournée des festivals branchouilles pour milléniaux aux coiffes autochtones, fallait que l’industrie soit assez unanime quant à la grande qualité de cet album pour que ça se fasse.

Arrive dans ce contexte, en 2015, Moonlover, le nouvel album de Ghost Bath, une formation quasi-inconnue, et dont le deuxième LP est déjà anticipé avant sa sortie par la critique spécialisée comme étant le prochain Sunbather.

Mais quand on se penche davantage sur ce Moonlover, les points d’interrogation se multiplient à une vitesse fulgurante dans l’esprit fiévreux des amateurs. À un point tel qu’après quelques écoutes, on est en droit de se demande si d’ailleurs, cet album n’a pas été carrément conçu pour : a) troller Deafheaven, b) troller les médias musicaux de niche c) toutes ces réponses.

Vérification des faits, comme ils disent à Radio-Can :

Troller Deafheaven

C’est une hypothèse qui semble assez plausible. Il y a sur cet album des références à Deafheaven dans tout le contenu lyrique. Les chansons “Happyhouse“ et “Beneath The Shade Tree“ sont évidemment des clins d’œil, sinon des pointes aux pièces de Sunbather, “Dream House“ et “The Pecan Tree“. Ça serait qu’une coïncidence si le nom de l’album n’était pas une antithèse à Sunbather : Moonlover. Même le nom du groupe semble avoir été pensé de manière antonymique : Deafheaven, un paradis sourd, lumineux, semble être pas mal plus plaisant qu’un bain fantôme, métaphore pour la noyade…

Sinon, il n’y a pas vraiment de preuves musicales du subterfuge de Ghost Bath sur Moonlover : il s’agit, il faut en convenir, d’un effort colossal de composition couplé à un enregistrement fort bien ficelé. Mais on se ravise aux premières notes de “The Silver Flower pt. 1“ par contre. Les accords de l’introduction sont tellement calqués sur “Nothing Else Matters“ qu’on sent que Ghost Bath envoie un message à Deafheaven : votre Sunbather est le Black Album d’un sous-genre de métal qui reste encore à définir.

Donc oui, Ghost Bath trolle certainement Deafheaven.

Troller les médias musicaux

C’est une hypothèse qui semble assez plausible également.

Il semble que « brouiller les pistes » soit le modus operandi de Ghost Bath depuis ses débuts. Signé sur une étiquette chinoise, mais provenant plutôt, selon de récentes sources, du Dakota du Nord, on ne sait pas trop de qui est composé le groupe, hormis le présumé frontman, un certain Dennis Mikula.

Ghost Bath pourrait entretenir ce flou dans le but de parvenir à son objectif : troller Deafheaven. Et pour ce faire, il faut avoir l’assentiment de médias nichés, mais crédibles. Et jusqu’ici, ça marche assez bien. Une brève revue de presse vous permettra de constater que déjà, Moonlover est accueilli comme le digne successeur de Sunbather : un sérieux candidat au numéro 1 de 2015.

Donc oui, Ghost Bath trolle probablement les médias musicaux.

Toutes ces réponses

Pour tout ce qui a été dit plus haut, c’est une hypothèse qui nous semble assez plausible. Moonlover est un magnifique album malgré les intentions présupposées derrière sa création.

Et pendant que Deafheaven se cherchait de la poudre en quantité à Montréal pour leur plate performance au Heavy Montréal, Ghost Bath était en train de les shifter dans l’accotement.

Bref, Ghost Bath est formé de trolls géniaux.

MA NOTE : 9/10

Ghost Bath
Moonlover
Northern Silence (2015)
43 minutes

Advertisements

About Jean-Simon Fabien

Journaliste, chroniqueur @CamuzMontreal, clé à molette, fan de stoner-rock et des Maple Leafs du Toronto (mettons...). J'ai mon bac brun dans #RosePatrie aussi