Survol et critique des albums de KING 810

King 810 est un band difficile à classer. C’est un band métal, ça, y’a pas à dire. Je dirais en fait que c’est plus qu’un band métal. On entend souvent des textes qui parlent de fantaisie, d’horreur, de guerre – mais ici on parle des membres de King 810 et surtout de la vie de David Gunn, leur leader et chanteur. Gunn et sa bande viennent et vivent à Flint au Michigan. La ville la plus violente en Amérique. Dans ses paroles, le frontman parle de meurtre, de la pauvreté, de la survie, de sa vie sombre et macabre.

En 2014 ils ont sorti leur premier album, Memoirs of a Murderer. À cette époque, j’avoue avoir eu le même réflexe que beaucoup de monde – je croyais que toute cette thématique était fausse. Eh ben non. King 810 est bien à Flint. David Gunn a vraiment fait de la prison. Il s’est fait aussi attaquer à maintes reprises par couteau ou par balles. Il est le real deal. Il nous le rappelle d’ailleurs dans ses paroles. On vit dans un monde d’arnaque, d’imitateurs – mais King est réel. Puis ça rend la chose encore plus intéressante. Pour un premier album, les gars se débrouillent à merveille. Du métal très violent qui rappelle Slipknot par moments, ils ont d’ailleurs fait partie du Knotfest pour supporter l’album. Memoirs était un album violent, varié et très bien écrit.

Leur deuxième album nommé La Petite Mort or a Conversation with God vient de sortir. C’est une véritable bombe. Là où le groupe explorait sur le premier album, il est totalement en contrôle sur le deuxième. La haine est plus présente que jamais, dès les premières notes très basses et pesantes. La première moitié de La Petite Mort est majoritairement très heavy et brutale, toujours avec un fond de groove à la Slipknot. La deuxième moitié explore dans des sonorités et influences blues, jazz, folk, hip-hop et classique. D’ailleurs un des points forts de King 810 est la voix particulière de David Gunn. Son ton de gorge très rouilleux comme les vieux bluesmans est rare dans le métal. Ça lui permet d’aborder des styles plus loins du métal et d’utiliser les rhymes plutôt que le chant pour ses structures. Un grand mélange de cultures qui au final, fonctionne à merveille. Je ne crois pas que ça pourrait fonctionner autant pour un autre band. À noter le talent indéniable des musiciens sur cet album. Plusieurs styles y passent et ils sont tous joués de main de maître.

La Petite Mort est un album qui va vous surprendre, un album important pour n’importe quel metalhead. King 810 n’est pas un band conventionnel, c’est devenu un phénomène qui ne se force même pas pour en devenir un. Les gars donnent rarement des entrevues et il n’y a pas vraiment de tournée prévue pour supporter l’album. Écoutez ça et entrez dans le monde sombre de David Gunn durant une heure, vous ne serez pas déçu.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s