EXCLUSIF! L’origine du nom Saint Asonia enfin révélée!

SAINT-ASONIA-SEINS

Vous me connaissez, un vrai chasseur d’aubaines ! Que ce soit chez Tigre Géant, Dollarama, Costco ou Wal-Mart, ce n’est pas vrai que tu vas réussir à me passer un savon entre les deux fesses sans crier gare ! Quand vient le temps de recevoir mes invités pour un souper concocté par l’épouse, je vise ce qu’il y a de mieux… et de moins cher !

Pour accompagner un délectable spaghetti, il n’y a rien de mieux que du vin rouge, n’est-il pas ? Après avoir épuisé toute ma réserve de Chianti il y a 3 ans, je me suis dit que je me devais de contre-attaquer avec des vins pour la fine bouche que je suis mais pas aux prix annoncés par la SAQ. Lâchez-moi avec vos pastilles de goût et votre carte de points, tu ne m’auras pas avec tes cossins, chère SAQ. Si mon chien s’excitait à la vue de mon porte-clés lorsque je le faisais tanguer, ce n’est pas vrai que je vais m’assouvir au fait que je demeure un membre du club de la pastille « Aromatique et charnu ».

Pas question ! Originaire du Saguenay, ce n’est pas loin de Québec ça, t’es d’accord ? Et que font les gens de Québec quand vient le temps d’acheter du vin en quantité exagérée ?

Oui, tu l’as ! Ils embarquent dans un autobus avec Jérôme Landry (le gars de la radio, pas l’acteur qui jouait dans Laura Cadieux) pour un périple à la LCBO en Ontario. Ce commerce est l’équivalent de la SAQ québécoise mais avec des prix raisonnables. Et que retrouve-t-on là-bas ?

Des aubaines, et des fichues de bonnes ! Quand tu fais le décompte, tu te rends compte que tu paies ta bouteille 75 cents de moins que si tu l’avais achetée à la SAQ ! À ceux qui me disent : « Ouais mais ça t’a coûté 55$ d’essence pour t’y rendre, tu es perdant dans un sens ! » je réponds donc ceci : « Continuez de boire votre bouteille de Ménage à Trois pas buvable ! Moi, avec mes 75 cennes économisées, j’ai toujours bien un 8 minutes de stationnement à Montréal avec ça !»

J’étais à la LCBO de Hawkesbury, en juin dernier. Il y avait une foule plutôt dense aux caisses. J’attendais mon tour patiemment, comme tout bon type qui se respecte. Le climatiseur se voulait agréable et la chanson de Barenaked Ladies qui jouait dans le système de son du magasin m’égayait, en plus de m’offrir un dépaysement total. J’écoutais les uns parler en anglais, les autres fredonner des airs de Tragically Hip quand je me suis rendu compte qu’il y avait une figure plus connue devant moi. Cette personne, aux cheveux hérissés me rappelait vaguement le chanteur de Three Days Grace, sieur Adam Gontier.

Je dépose ma caisse de Misterio au sol et je tape sur l’épaule de Gontier. Ce dernier se retourne et abaisse ses lunettes de soleil, à la hauteur des narines. Me sentant aisé, je lui adresse la parole en français. « Es-tu le chanteur de Three Days Grace ? » Je me rends compte qu’il est anglophone, quelle bévue de ma part!

« Non, je suis maintenant avec Saint Asonia ! »

Je lui explique mon malaise face à ce quiproquo mais il me raconte que ceci lui arrive encore très souvent. Nous continuons notre discussion, toujours en français. Je me dis que c’est probablement le fait qu’il soit de souche française. Gontier étant un nom avec une sonorité francophone, il se peut que notre Gontier soit de souche française ou québécoise.

« Pas du tout ! C’est mon ancienne copine qui était québécoise, c’est elle qui m’a enseigné le français en 2012! » me dit-il, en essayant de ne pas échapper ses nombreuses bouteilles de Sour Puss.

Surpris, je lui annonce que son français se veut impeccable et qu’il le maîtrise même mieux que certaines personnes que je connais.

« Je te remercie, vraiment ! Je dois beaucoup à cette fille en passant. C’est un peu grâce à elle si mon nouveau band se nomme Saint Asonia ! »

Intrigué, je le suis ! Je demande à Gontier de m’expliquer l’essence même de ce nom !

« C’est simple, nous étions chez elle. Son nom est Marie-Hélène. Elle habitait à Lanoraie, tu connais ? » Je confirme que je connais l’endroit étant donné que je passe souvent sur l’autoroute 40.

« Elle vivait dans une belle maison, avec sa colocataire. Un jour où nous étions présents chez elle pour une épluchette de blé d’Inde, mon ami Éric y était aussi. C’est un artiste, il fait des tatouages. Il est très bon. C’est lui qui m’a fait celui-ci et celui-là. C’est un québécois, un vrai mais il est timide, vraiment timide! »

Il plonge la main dans sa poche, me sort la carte d’affaire d’Éric. Je l’insère dans ma pochette-banane sachant que j’allais la jeter en sortant ou m’en servir pour me curer les dents après avoir mangé ma barre tendre.

Gontier continue : « Funny story, you’ll see ! Donc, il faisait chaud, c’était le temps de sortir. Météomédia disait 38 degrés avec Humidex, c’était le temps d’aller se baigner. Éric s’est donc dirigé vers la salle de bain avec son maillot. Il voulait se changer pour aller se baigner. Moi, c’était déjà fait, je l’attendais dans le salon. Lorsqu’il est revenu, il était pâle! Très pâle! Il avait l’air d’un Walking Dead, man! »

J’étais accroché à son histoire!

Éric aurait donc lancé : « Dude, désolé, je suis désolé! Vraiment, je viens de voir ta blonde nue! Désolé, mille pardons!  J’ai ouvert la porte, j’ai vu Marie-Hélène qui se changeait! Elle avait les seins à l’air. Je les ai vus mais je suis désolé. Quand elle va revenir, je vais m’excuser! »

Gontier réplique : « Je continuais de rire car je savais que Marie-Hélène était dehors en train d’éplucher des blés d’Inde. Marie-Hélène revient dans le salon, elle est en t-shirt avec des poils de blé d’Inde un peu partout! Éric lui dit qu’il est désolé d’être entré dans la salle de bain, qu’il croyait qu’il n’y avait personne et qu’il aurait dû cogner »

Éric en aurait remis : « Je suis désolé, je t’ai vue toute nue. J’ai vu tes seins! J’ai vu tes seins Marie, désolé d’avoir vu et regardé tes seins! »

Et Marie-Hélène qui lance candidement : « Mes seins? Voyons donc! J’étais dehors… Attendez-donc une minute… C’est ma colocataire Sonia qui était à la salle de bain! Ce n’étaient pas mes seins, c’étaient les seins à Sonia! LES SEINS À SONIA! Hahhahha! »

Gontier termine : « Nous avons tellement rigolé. Éric était so embarrassed! Nous avons niaisé Eric avec SEINS À SONIA pendant des heures. Autour du feu, le soir, j’ai dit aux autres que si un jour je quittais Three Days Grace, j’allais nommer mon nouveau groupe SEINS À SONIA! Maudit Sour Puss, ça fait dire des niaiseries, right? »

C’était son tour, la caissière lui fait signe d’avancer. Je lui dis : « En tout cas, merci de l’histoire!»

Gontier me lance, après avoir récupéré sa monnaie : « Tu vois, j’ai rempli ma promesse. Almost! Ça sonne pareil mais ça ne s’écrit pas pareil! C’est comme pour mon ancien groupe si tu le compares avec ce que je fais aujourd’hui! Take care, buddy »

Il a relevé ses lunettes de soleil. Caisse de Sour Puss sous le bras, il s’est dirigé vers sa voiture.

De retour dans mon auto, je me suis dit que l’inspiration pouvait provenir de choses tellement inattendues. J’ai mis un album de Goatwhore, avec un certain sourire…

Pour voir Saint Asonia, tu dois te rendre au Heavy Montréal 2016 lors de la journée du dimanche 7 août!

Pour voir les seins à Sonia, tu dois te rendre à Lanoraie… 

« A posse ad esse non valet consequentia »  

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s