Critique de Dystopia – Megadeth

Megadeth-Dystopia

Je ne voulais pas parler de Dystopia, nouvel opus de Megadeth. Pour être honnête, je ne voulais même pas l’écouter. J’avais autant d’intérêt pour un nouveau disque de Mustaine que pour un nouvel épisode de Yamaska. Bref, je m’en contrecrissais totalement. Mais depuis la sortie de Dystopia, plusieurs personnes dont j’estime qu’elles ont des goûts musicaux respectables, m’ont vanté les mérites de cet album. Alors je me suis dit et pourquoi pas? Après tout, c’est l’fun des fois de planter un disque. Je le fais rarement pour des groupes émergents, mais je ne me gêne pas pour un Slayer ou un Megadeth, surtout quand c’est vraiment mauvais.

Suite au départs de Shawn Drover et Chris Broderick, Mustaine s’est entouré de jeunes loups en Chris Adler et Kiko Loureiro. Qui sait, peut-être allons-nous retrouver Jacynthe René aux drums et Luc Picard à la guitare sur le prochain album… Ok, retour à l’album. J’ai fait le saut en entendant la première chanson intitulée The Threat Is Real. Tsé quand tu parles d’une toune d’ouverture pour botter des culs, ben celle-ci fait vraiment la job. Bof, je me dis que ce n’est qu’une erreur de parcours et que le reste du disque va être une vraie farce comme ce que Mustaine nous a proposé pendant les dernières années… Arrive la pièce-titre. Wow. C’est vraiment bon. Écoute, il y a une portion instrumentale où Mustaine et Kiko s’en donne à coeur joie et baptême, c’est le morceau de musique le plus intéressant que j’ai entendu de Megadeth depuis Rust In Peace. Pas de farce.

 


Vient ensuite Fatal Illusion avec un Dave Ellefson (le faux bras droit de Mustaine, écoute le dernier podcast pour comprendre) qui se fait aller le pic pas à peu près. Une autre bonne toune. La seule nouvelle chanson d’ailleurs jouée sur la tournée Dystopia. Donc si tu va les voir en mars prochain, ben tu vas entendre les mêmes maudites tounes qu’à l’habitude… Death from Within et Bullet To The Brain sont correctes. Sans être des classiques, ces deux chansons sont de qualité supérieures à n’importe quoi que l’on retrouve sur Pooper Collider. Idem pour Post American World qui se démarque avec l’excellent travail de Chris Adler.

Parlant du loup, c’est sur la pièce Poisonous Shadows qu’on peut vraiment s’apercevoir que ce n’est plus Drover qui est derrière la batterie. Ses bass drums en synchro avec le riff de guitare sont tout simplement exquis. Je trouve juste dommage toutefois qu’Adler n’ait pas pu utiliser son snare habituel. Ça fait partie de sa signature et on ne la retrouve pas sur Dystopia. Du moins pas autant que sur un disque de Lamb Of God. Maudit Mustaine à’ marde

Conquer Or Die est une excellente chanson instrumentale où Kiko démontre son immense talent à la guitare classique. Mustaine a fait le bon choix avec ce guitariste pour qui il n’a que des éloges… Pour le moment. Jusqu’à temps qu’il s’écoeure et le plante sur les médias sociaux comme il l’a fait avec Broderick, Friedman et compagnie. Maudit Mustaine ‘à marde

Dystopia se termine sur une bonne note avec les pièces Lying In State, The Emperor et Foreign Policy, et me voilà bien étonné d’aimer une nouvelle parution de Megadeth. Je suis sans mot. Moi qui voulais me farcir ce disque avec tout le sarcasme dont je suis capable, me voilà donc pantois. Pas aussi solide que Rust In Peace, par contre Dystopia est un digne successeur.

8.5 Maudit Mustaine à’ marde sur 10.

Tu peux me suivre sur Twitter ici!!!

Advertisements

There is one comment

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s