FAN DE METAL

fan-de-metal.jpg

Lorsqu’il ne te parle pas de préoccupations métalliques, Kristof G. t’invite dans les coulisses des tribulations journalistiques d’un fan de métal perspicace et autodidacte, s’ayant médiatiquement taillé une petite place, en balançant son infectieux enthousiasme dans ta face.

blank

Angels of Death Metal

Ça ne fait même pas une semaine que c’est arrivé. Toujours ce même goût ferreux en bouche. Non, ce n’était pas GWAR qui était à l’affiche vendredi dernier au Bataclan. Y a coulé beaucoup de sang d’innocents. De jeunes rockeurs qui ne voulaient que prendre du bon temps. À la fois choquant, déroutant, consternant.

On n’a pu faire autrement que de se rappeler ce fou furieux qui avait, en 2004, brutalement interrompu la vie de ce guitar hero de ‘Dimebag’ Darrell Abbott (Pantera, Damage Plan) à bout portant et en plein concert, sous les yeux médusés et impuissants de son propre frère et fidèle batteur. On eut également une pensée pour ces centaines de fans de Great White, qui furent piétinés ou brûlés vifs lors d’un virulent incendie pyrotechnique survenu l’année d’après pendant un show du déchu groupe de hair metal susmentionné. Un ‘accident’ (lire : négligence criminelle de leur gérant de tournée) qui nous avait remué à l’époque, avec ses 100 morts et plus de 200 blessés.

blank

Eagles-Of-Death-Metal_544_3w1uguvr.jpg

blank

Vendredi dernier au Bataclan, c’était la soirée des Eagles of Death Metal, ce souriant groupe d’hard rock bluesy, qui retient beaucoup plus de Led Zep et des Stones que de Cannibal Corpse, mettons. Faut savoir qu’EoDM fut mis sur la mappe il y a un peu plus de dix ans grâce au balèze et rouquin Josh ‘Baby Duck’ Homme, cet ex-Kyuss et leader des Queens of the Stone Age, qui tient normalement les baguettes pour cette rutilante formation rock.

On dit normalement, car l’Homme ne tourne que très rarement avec le groupe qu’il a fondé le chanteur-guitariste Jesse ‘Boots Electric’ Hugues, faute de temps, étant trop occupé avec ses Queens. On les a même déjà appelés Pigeons of Shit Metal une fois : ce vilain, mais hilarant sobriquet fut utilisé par nul autre que cet enfoiré d’Axl Rose, après avoir congédié le groupe live, qui venait d’ouvrir pour sa piètre version de Guns n’ Roses en 2006.

Peu après neuf heures et demie, vendredi 13 novembre 2015 sur Paris, en plein milieu du concert des EoDM, le gros fun sale fit place à l’horreur, la vraie, et ce, pendant une éternité. Près de trois putains d’heures se sont écoulées avant que les flics ne débarquent pour mettre un terme à cette prise d’otage en forme de carnage. On ne peut (veut) pas imaginer ce qu’ont vécu des centaines de rockeurs ce soir-là. Pour avoir déjà vu les EoDM en concert à quelques reprises, c’est certain que pas mal de fêtards devaient être déjà assez enivrés à l’arrivée des meurtriers. Ils ont clairement dû dessaouler d’un coup, alors que leur cerveau passa en mode panique, désespoir ou survie, certains tentant la fuite alors que d’autres firent instinctivement le mort histoire d’espérer sortir vivants de ce cauchemar…

Les membres du groupe et leurs techniciens réussirent à se sauver à temps, personne n’eut été blessé apparemment. On ne peut pas en dire autant de leur vendeur de souvenirs, qui hélas n’eut pas leur chance, son comptoir étant situé sur la route des kamikazes. Bien que les EoDM n’ont de death metal que le nom, ils seront bien malgré eux dorénavant associés à la mort de beaucoup trop de leur fans français, et ce, à tout jamais.

blank

Eagles-Of-Death-Metal_544_vjl22k50.jpg

blank

Kristof G. vous suggère de vous taper un de leurs quatre albums en descendant quelques bonnes bières, à la mémoire des disparus. Bien que Zipper Down (leur petit dernier, sorti en octobre dernier) ne soit pas du tout mauvais, sachez que Heart On (leur troisième, paru en 2008) est particulièrement fun, efficace en s’il vous plait et trop fun, en plus de donner pas mal soif.

Parce qu’on n’arrêtera tellement pas d’aller voir des shows. Hell no. Ni de rocker. Comme si on allait se priver de vivre intensément et passionnément notre heavy (n’est-ce pas Simon ‘Total Crap’ Lacroix?), parce qu’une — beaucoup trop populeuse et organisée — bande de cinglés a décidé de terroriser le monde entier à grands coups d’explosifs et de kalashnikovs in the name of ______? FUCK OFF.

P.S. Promis, on sera plus hop la vie le mois prochain. C’est juste que cet abominable événement était beaucoup trop frais et surtout trop choquant pour qu’on fasse semblant qu’on n’était pas tout remué en dedans. T’sais. On est d’même, man.

P.S.S. Peace, Love and Death Metal, comme qu’y disent.

Kristof G.

blankeagles-of-death-metal-peace-love-death-metal.jpg

Advertisements

About Kristof G.

Lorsqu’il ne te parle pas de préoccupations métalliques, Kristof G. t’invite dans les coulisses des tribulations journalistiques d’un fan de métal perspicace et autodidacte, s’ayant médiatiquement taillé une petite place, en balançant son infectieux enthousiasme dans ta face.

There are 3 comments

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s