Critique de Mordrake – Hollow

10333790_10152066006652353_2691500420392290526_o

Hollow est une formation montréalaise qui après quelques années d’existence et plusieurs changements de personnel, nous présente finalement son premier album intitulé Mordrake. Le groupe avait d’ailleurs impressionné bien du monde lors de sa prestation au Heavy MTL en 2012. D’entrée de jeu, je te dirais qu’il en fait tout autant sur disque. Je suis du type plutôt frisquet envers le black/death symphonique, mais je dois avouer que l’approche de Hollow m’a séduit. Mordrake est une galette des plus robuste. Toujours sans contrat de disque, il ne serait pas étonnant de voir Hollow se faire signer bientôt, du moins je le souhaite.

Pour faire changement, je vais te parler de la fin de l’album, car oui, Mordrake se divise en deux parties, la seconde étant vraiment, mais vraiment divertissante. Connais-tu la légende d’Edward Mordrake? Bien c’est un homme qui aurait vécu au 19ème siècle qui possédait un visage féminin derrière la tête. Et bien que ce faciès ne pouvait parler, semble t-il qu’il avait la capacité de rire et pleurer… Pire, ce deuxième visage chuchotait des choses terribles à Mordrake durant la nuit. Tellement que le pauvre a demandé à des médecins de lui retirer cette chose immonde, mais en vain, s’enlevant ainsi la vie à 23 ans. Déconcertant… Baptême, j’en ai même fait un cauchemar… J’avais la face du maire Jean Tremblay derrière mon crâne qui disait sans cesse «Saguenay is a white cities»… Assez pour mettre fin à ses jours me diras-tu.

D’accord, trêve de niaiseries. Le thème est des plus intéressant, mais la musique l’est tout autant. Répartie sur les trois dernières chansons, la saga de Mordrake nous transporte de sa naissance jusqu’à sa mort dans un univers autant brutale que mélodique, tout ça sur la voix versatile et fascinante de Jeff « Mott » Macdermott. Fan de Dimmu Borgir? Tu vas adorer. D’autant plus que les norvégiens semblent en panne d’inspiration depuis un bout… V’la ta chance! En prime, la section symphonique est juste bien dosée pour ne pas tomber dans le côté «fromagée» de la chose.

Quant à la première moitié du disque, je n’ai guère à redire. Les compositions sont éclatantes, encore une fois les influences de Dimmu Burger sont omniprésentes, ajoutée d’une touche du Children Of Bodom des beaux jours. Je dis ça parce que le travail du guitariste Dave « Cadaver » Gagné est digne des plus grands. Ses solos sont savoureux et ajoute au côté mélodique de la musique de Hollow.

Ça te plait? Moi aussi. Un ange qui se fait massacrer, j’aime ça. Fait intéressant, aucun trigger n’a été utilisé durant l’enregistrement des pistes de batterie de Blake « Blaac » Lemieux. Donc ce que tu entends est naturel, ce qui donne une sonorité plus organique à ce Mordrake. Et c’est tant mieux comme ça, j’ai toujours reproché le côté synthétique au métal symphonique. La réalisation de Kevin Jardine (Slaves On Dope, ben oui toé) est irréprochable, le gars a réussi parfaitement à capter le son de Hollow. Autre aspect intéressant dont je ne parle pas assez souvent, la pochette et le livret de Mordrake sont de toute beauté. Ça vaut le coup de se procurer ça en cd. En vinyle j’espère un jour…

Malgré le fait que ce premier opus de Hollow ne soit des plus originaux (les influences sont indéniables), Mordrake est un disque extrêmement bien fait qui me réconcilie avec un style musical que j’avais abandonné depuis belle lurette. Tu peux te procurer Mandrake pour seulement 10$ ici

Cote de Steve: 8.5 faces de pet derrière le crâne sur 10

https://twitter.com/stevedallaire

There is one comment

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s