Critique : Decibel Magazine Tour 2014

L’édition 2014 de la tournée du Decibel Magazine tire bientôt à sa fin. Encore quelques jours de spectacles et Noisem, The Black Dahlia Murder, Gorguts et Carcass pourront enfin se reposer. C’est donc dans leur dernier droit que les quatre groupes passaient par le Metroplis de Montréal le 9 avril.

decibel tour 2014-header

Quoi? Pas de photos? Ben non. Plate? Pas nécessairement. Des photos, c’est cool, mais ça ne dit pas grand chose sur la performance, le son, l’ambiance. Moi, oui! Et faute de temps, je serai bref. Pas que je trouve que l’événement ne mérite pas que je m’y attarde davantage, loin de là. À vrai dire, je prends du temps que je n’avais même pas, car je tenais quand même à en parler brièvement, plutôt que de ne pas revenir du tout sur une soirée inégale, mais qui valait le déplacement.

Problèmes de micro, l’gros?

D’abord, je dois le dire : il me semble qu’on est rendu un peu mongol avec le niveau de décibel (sans mauvais jeu de mot avec le titre de la tournée). Bon, c’est peut-être parce que je commence à être trop vieux pour ce genre de conneries, mais il me semble qu’il s’agit d’un phénomène qui ne se produit pas qu’avec la scène métal. Mes oreilles ont déjà été malmenées au Metropolis il y a quelques années lors d’un show de Karkwa (oui, oui, Karkwa!) C’était même pas le fun. Une expérience désagréable aussi vécue au Starcité en 2002 quand je suis allé voir 28 Days Later. T’sais, il y a fort qui donne du thrill et fort qui fait qu’en plus de perdre en définition, ça devient agressant. Mettons que j’étais content d’avoir mes bouchons.

Bouchons ou pas, la performance de Noisem a souffert d’une sonorisation à chier. Déjà que faire la première partie d’un show est souvent un job ingrat. Enfin, ces enfants (oui, des gamins, certains membres sont à peine âgés de 15 ou 16 ans) dont la plus grande influence est Terrorizer ont joué plusieurs morceaux de leur très bon Agony Defined. Si déjà, ces kids ont des compositions qui se ressemblent, on avait du mal à les différencier tellement les guitares étaient noyées dans un cafouillis sonore. Pire, le micro du chanteur lâchait aux 30 secondes. J’ai cru au début qu’il perdait la voix, mais la même chose est arrivé au chanteur de Black Dahlia Murder. Il s’agissait définitivement d’une problème de micro. Pas cool. C’était donc pas de chance pour Noisem, qui devait déjà composer avec peu de spectateurs pas très enthousiastes.

Gorguts… Déjà?

Comment ça, Gorguts en deuxième! Honnêtement, je m’attendais à voir la formation menée par Luc Lemay juste avant Carcass. Peut-être que The Black Dahlia Murder a plus d’impact aux États-Unis, ou le groupe vend plus d’albums, qu’est-ce que j’en sais. Mais bon, mettons que si, exceptionnellement, on avait interchangé l’ordre du line up pour les fans de Montréal, ça aurait été sympa. Beaucoup de métalleux portaient fièrement leur t-shirt de Gorguts. En tout cas, peu importe ce détail, Gorguts, c’est tight en calvince! La foule était peu démonstrative, mais pourtant fort réceptive. En même temps, la musique que propose Gorguts, même s’il s’agit de death métal, demeure plus cérébrale et technique. Jouant majoritairement des pièces de l’excellent Colored Sands, Lemay a proposé en fin de parcours quelques pièces du passé, dont Obscura (le synchronisme de Lemay, Colin Marston et Kevin Hufnagel était hallucinant). Ces gars-là sont de vrais pros. Dans une classe à part.

Fuck mon objectivité!

Je dois vous avouer que même si j’aime bien quelques pièces de The Black Dahlia Murder, je ne trippe pas sur le groupe. Ils arrivent parfois avec de super riffs, mais je ne sais trop pourquoi, je n’accroche pas plus que ça. Me tanne après quelques tounes. Et c’est exactement ce qui m’est arrivé lors de leur performance. Je devais trop avoir hâte à Carcass, un groupe que j’affectionne sans retenue et j’ai fini par m’égarer dans mes pensées. Il m’a semblé que, malgré la présence d’inconditionnels dans la salle, le groupe a dû travailler fort pour que ça brasse une peu.

Je l’avoue, Carcass est un des mes bands métal fétiches. Tellement que je pense que même s’ils n’avaient pas été top shape, j’aurais (un peu) mouillé ma culotte. Il faut dire que j’ai réussi à manquer leurs visites précédentes à Montréal. Bravo, champion! Je ne les avais ainsi jamais vu en show. Il aurait donc été impensable que je rate cette nouvelle occasion. Tout ça affecte certes mon objectivité. N’empêche, Carcass, c’était inévitablement le fait saillant de la soirée. Les spectateurs, jusque là très calmes, sont, dès les premières notes de 1985 (intro à la Judas Priest tirée de leur plus récent Surgical Steel) soudainement devenus des bêtes rugissantes prêts à se faire aller la touffe de poil.

C’est donc avec Buried Dreams (Heartwork) et Incarnated Solvent Abuse (Necrotism) que la bande menée par Jeff Walker a entamé son setlist. Jouissif! Les musiciens ont ensuite poursuivis avec quelques pièces de leur très fort Surgical Steel, tout en offrant un survol de leur discographie (jouant même du stock de Swansong).

Bref, le groupe, très en forme, a été d’une générosité qui a sans nul doute comblé les fans. Walker y a également été de quelques interventions, souvent amusantes, qui démontre que malgré ses thèmes macabres et gores, le type demeure fort sympathique.

En résumé, j’ai vu Gorguts et Carcass – quelque chose comme de grands groupes métal – partager la même scène. Je peux mourir en paix.

About Alexandre Duguay

Rédacteur, intégrateur et développeur web. Autrefois musicien (violoniste et guitariste). Toujours mélomane, cinévore et audiophile. Collectionneur de vinyles, cassettes et VHS.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s