Critique de Triumph And Power – Grand Magus

Grand magus

Si tu ne connais pas encore Grand Magus, ben ça va être le temps que tu te déniaises, tu manques quelque chose. Triumph And Power est déjà le septième album du trio suédois et je dois t’avouer qu’aucune de leurs parutions ne m’a déçu à date parmi leur discographie. Pourtant, leur musique n’a pas beaucoup changé depuis les débuts en 2001. Alors qu’en ce moment plusieurs formations métal s’évertuent à multiplier les blast beats et prouesses de tout genre, Grand Magus fait du métal dans tout ce qu’il y a de plus traditionnel. Si tu t’ennuies de la période de Black Sabbath avec Dio ou de la glorieuse époque de Saxon, tu viens tout juste de découvrir ton nouveau groupe préféré.

Des titres comme The Hammer Will Bite ou Steel Versus Steel ne me disent d’habitude rien de bon. Ça me fout la chienne autant qu’une éventuelle candidature de Serge Simard aux prochaines élections provinciales. Entre de mauvaises mains, l’utilisation abondante de clichés métalliques comme le feu, le sang, la guerre et les épées pourrait facilement tomber dans le ridicule… Mais pas quand ça sort de la bouche du chanteur de Grand Magus. Leur métal est empreint de tellement de sincérité qu’on ne peut qu’embarquer dans leur trip. Ces vikings de Stockholm nous font avaler tout ça avec classe et bon goût, tellement qu’on n’y voit que du feu. Pis du sang.

C’est cette chanson qui débute ce nouvel opus avec son riff galopant et les cordes vocales extrêmement puissantes du chanteur et guitariste Janne « JB » Christoffersson. Nettement influencé par Ronnie James Dio, sa voix triomphe (!?) sur Triumph And Power. Il chante avec une conviction telle que ça donne presque le goût de rentrer au bureau lundi armé d’une épée en bois en criant: «Vous m’aurez pas mes tabarnak!!!». Non, fais pas ça dude. Y’a des pilules pour contrôler ça tsé… Sérieusement, on peut facilement comparer son talent aux plus grands tels Rob Halford, Bruce Dickinson et cie.

Sur la pièce suivante, Steel Vs Steel, Grand Magus continue dans la même veine avec des guitares lourdes et des rythmes simples mais efficaces. Ça se poursuit sur l’excellente Fight, qui ne va pas sans rappeler le son classique de Judas Priest. Et c’est ce qui fait la force de ce power trio. Rien pour t’étourdir, pas d’artifices, juste des hymnes accrocheurs, rien de plus. Tout réside dans la mélodie. La chanson Holmgang en est un autre bel exemple:

Le disque se conclut sur une bonne note avec l’épique The Hammer Will Bite, l’un des meilleurs titres que l’on retrouve sur Triumph And Power. Jouissif. Et comme le veut la tradition pour Grand Magus, la réalisation est solide et rend parfaitement justice à la musique du groupe. C’est un disque conçu pour une écoute à haut volume, ça va te mettre le sourire au visage. Parfait pour te sortir de la déprime de cet hiver qui ne finit plus de finir. Bien que Iron Will, le classique du groupe paru en 2008, demeure la meilleure offrande de Magus à mon avis, cette nouvelle galette est une autre belle addition au catalogue du groupe. Mets ton casque de poil, ton chandail de loup et déguste Triumph And Power, tu me remercieras plus tard.

Cote de Steve: 8.5 Vous m’aurez pas mes tabarnak!!! sur 10

https://twitter.com/stevedallaire

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s