Critique de Worse Than Dead – Iron Reagan

cover

Lève la palette de ta casquette bien haut pis sors ton vieux skateboard, aujourd’hui je te ramène au début des années 80 avec le premier album d’Iron Reagan intitulé Worse Than Dead. La vie te fait suer ces temps-ci pis t’as besoin de te défouler? T’es choqué parce que tes téléromans préférés ont pris une pause pendant deux semaines? Ne cherche pas plus loin, j’ai la solution. Si le slam dancing sur neige devenait une compétition officielle aux Olympiques, Iron Reagan en serait la trame sonore parfaite.

Mais c’est quoi Iron Reagan? C’est ce qu’on appelle un «supergroupe» composé de membres de Municipal Waste et Darkest Hour. Toutefois ce projet parallèle n’a rien à voir avec ce que font les gars dans leurs jobs de jour. Iron Reagan produit un thrash de style crossover mélangeant le métal, le punk et le hardcore. Tu vas certainement reconnaître la voix de Tony Foresta de Municipal Waste, mais là s’arrête les comparaisons. Le Reagan de fer est un band dont la musique est furieuse avec des textes socio-politiques qui n’ont absolument rien à voir le côté festif de Municipal Waste.

T’as l’impression d’avoir mangé un coup de coude dans ‘face, non? Bien c’est sur cette pièce que débute Worse Than Dead et crois-moi, les 25 minutes qui suivent sont toutes aussi percutantes. Tu risques d’avoir mal à la mâchoire et de manger de la soupe Lipton avec une paille pendant un bout de temps. Ouais, 25 minutes, pas plus. 19 tounes en tout, la plus longue étant d’une durée de 1:56. Pas de niaisage. Ça rentre au poste comme sur les premiers albums de D.R.I. et Suicidal Tendencies. Ben tiens, prends-en un autre:

Worse Than Dead me fait penser à Speak English Or Die de S.O.D. mais plus dans l’intensité que dans la musique en tant que telle. Le son des guitares et les voix en gang ne sont pas sans rappeler la belle époque de Nuclear Assault. C’est un disque qui contient une banque de riffs inépuisable et qui s’écoute en loop sans problème. Bien sûr il y a des titres qui se démarquent comme l’intrumentale I Ripped That Testament A New Asshole et l’éloquente Eat Shit And Live. 52 secondes de pure violence. Tu pourras d’ailleurs te servir de ce texte pour ta prochaine nuit de poésie…

Pour ce qui est de la réalisation, pas de fla-fla, c’est dans ta face et ça sonne comme une tonne de brique. Iron Reagan ne propose rien de nouveau, les influences old school sont omniprésentes, mais c’est réussi avec brio. Alors pourquoi s’en plaindre? Je sais que je suis en retard pour t’en parler, mais je m’en serais voulu de ne pas le faire. Un must. La formation américaine vient récemment de sortir un split cd avec le groupe Exhumed qui est tout aussi savoureux, alors profites-en.

Cote de Steve: 8.5 dents dans un sac Ziploc sur 10

https://twitter.com/stevedallaire

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s