Critique de Blood Red Throne – Blood Red Throne

Cover

J’aime ça le mot «blood». Fouille-moé pourquoi, mais à chaque fois que je le vois, je suis attiré. J’ai de bons souvenirs aussi rattachés à ce mot. Reign In Blood, Bonded By Blood, I Cum Blood de Cannibal Corpse, Blood On The Dance Floor de Michael Jackson… Euh… Non, oubliez le dernier. Enfin, vous comprenez ce que je veux dire. Donc quand j’ai reçu le nouvel album de Blood Red Throne, j’étais excité tel un Stephen Harper préparant un changement de cabinet inutile.

Déjà le septième album pour ce groupe de death métal norvégien et sur ce disque éponyme, Blood Red Throne ne montre aucun signe de faiblesse, au contraire. Si la formation se décrit elle-même comme étant de style old-school, j’avoue que ça sonne tout de même assez moderne pour des vieux de la vieille. Avec ce nouvel opus, Blood Red Throne a trouvé la recette magique qui consiste à mélanger parfaitement groove et brutalité. Écoute-ça dude.

Intéressant, non? Quand un groupe décide de sortir un album éponyme, c’est qu’il est confiant que son matériel représente pertinemment l’esprit de la formation. En écoutant Blood Red Throne, je comprends parfaitement la raison du pourquoi. Il en a passé des membres depuis les débuts en 1998, presque autant qu’il y a de gars qui ont donné 5$ à Guylaine Gagnon pour y voir les boules. Mais le line-up actuel de BRT est d’après moi le plus efficace à date. Écoute, si t’aimes le death métal, il y en a pour tous les goûts là-dessus. Tiens, gâte-toé encore…

Pensez à la folie démentielle de Cannibal Corpse (Torturewhore, le titre dit tout), des passages de guitares techniques à la Death et du groove à la Dying Fetus, et ça vous donne une bonne idée de ce qu’est Blood Red Throne. Ajoutez à cela une réalisation tout à fait impeccable et vous avez presque un disque parfait. Les norvégiens n’en mettent pas trop non plus, l’album dure à peine trente-cinq minutes. Donc pas le temps de se tanner, ça finit et t’en veux plus.

J’adore la voix de Yngve “Bolt” Christiansen. Son timbre passe du guttural aux cris stridents sans effort et alimente bien l’agressivité de la musique. Je dois aussi souligner la performance géniale du batteur Emil Wikstein. Si t’aimes tes bass drums dans le tapis, tu t’enlignes pour toute une traite. Avec Blood Red Throne, t’auras pas besoin d’écrire à ta maman pour lui dire que tu viens de trouver l’album métal le plus innovateur de tous les temps. Elle s’en crisserait de toute façon. Tu peux toutefois lui envoyer un texto pour lui laisser savoir qu’elle va se faire bardasser les oreilles en fin de semaine. Du bon stock. La meilleure offrande du groupe à date, et de loin.

Cote de Steve: 8 Boules à 5$ sur 10

https://twitter.com/stevedallaire

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s