Entrevue avec JB Le Bail de Svart Crown

733803_10151534468006000_1716558194_n

Dès que j’ai écouté en streaming le nouvel album de Svart Crown la semaine dernière, j’ai eu un coup de cœur. Ça faisait longtemps que je n’avais pas entendu du blackened death métal aussi incisif et puissant. Si tu crois que la pochette est démente, bien dis-toi que la musique de ce groupe de Nice l’est tout autant. J’ai tout de suite contacté la formation et j’ai eu la chance aujourd’hui de m’entretenir avec le chanteur et leader de Svart Crown, JB Le Bail. Le gars est symphatique, et bien que lui et sa bande crée présentement tout un buzz sur la scène métal, il garde les deux pieds bien sur terre. Une qualité qui n’est pas donné à tous... On a parlé de pleins de trucs, JB est extrêmement volubile et m’a demandé par la suite de couper des bouts de ses répliques, de peur que ce soit trop long. J’ai refusé car ce gars est comme nous, il aime le métal et le connait très bien d’ailleurs. Sa passion est palpable durant l’entrevue, alors j’ai décidé de garder le tout. Je te mets les grandes lignes, mais tu peux écouter l’entretien au complet en bas de page.

Boulevard Brutal: Avant de parler de l’album Profane, parle-moi de Svart Crown et des influences qui ont donné ce son.

Svart Crown: Le groupe est né fin 2004, j’ai créé ça quand j’étais au lycée avec une bande de potes. Je voulais vraiment faire de la musique comme tous les groupes de death/black de l’époque comme Mayhem, Gorgoroth, Immolation, Behemoth, etc… C’est ce genre de musique qui m’a influencé, ils intégraient tout ce que j’aime comme du death, du black et du thrash. Je ne voulais pas faire un groupe de pur death ou pur black métal, je voulais un truc unique en fait. C’est dans cette volonté que j’ai créé Svart Crown en faisant quelque chose de personnel.

249045_182437091913034_254546426_n

Boulevard Brutal: Il y a eu changement de personnel récemment et c’est maintenant Nicolas Muller qui joue de la batterie pour vous. Corrige-moi si je me trompe, mais depuis son arrivée, votre musique est meilleure et encore plus agressive. Penses-tu que cet ajout à quelque chose à y voir?

Svart Crown: J’en suis persuadé, non pas que notre ancien batteur était mauvais, mais Nicolas est beaucoup plus complet. Il est plus polyvalent et plus complémentaire et il sait jouer de tout. Il n’est pas aussi rapide que tous ces batteurs extrêmes, mais quand il s’agit d’aller vite et d’être violent, il est très bon. Et quand le tempo baisse, comme il a joué dans des groupes de rock, de stoner, il sait s’adapter. On ne pourrait pas jouer avec quelqu’un qui fait juste des blast beats, c’est pas possible. Avec son arrivée, ça l’a enlevé un frein, il y avait des trucs qu’on ne pouvait pas faire avant. Du coup ça nous a libéré une sorte d’énergie créative, et redonné confiance. Il a enregistré ses pistes en seulement deux jours. C’est vraiment la personne qu’il nous faut.

Boulevard Brutal: Présentement votre album Profane reçoit des critiques magistrales. Est ce que cet engouement te surprend?

Svart Crown: Je suis très content. Vaut mieux que ton album soit acclamé que détesté. J’étais confiant parce qu’en France la réaction a toujours été bonne, j’étais plus perplexe envers le côté nord-américain. C’est quelque chose qu’on a envie de conquérir au fur et à mesure, mais les gens là-bas arrivent à percevoir ce qu’on a voulu faire. Par contre en Allemagne, c’est plutôt l’inverse. Je n’ai pas vraiment lu les critiques mais les allemands n’aiment pas la musique «le cul entre deux chaises», ils aiment plutôt les choses plus straight. Il ne faut pas que ce soit trop ambivalent. On a fait un festival là-bas et ça ne s’est pas vraiment bien passé. Les gens ne semblaient pas trop comprendre.

Boulevard Brutal: Vous avez tourné avec le groupe black métal suédois Shining… Sont-ils aussi bizarres qu’ils le laissent paraître?

Svart Crown: Ha! Ha! Ha! Bien écoute Shining, il y a un seul qui soit bizarre dans le groupe et c’est le chanteur, Niklas Kvarforth. Je pourrais dire que c’est un grand enfant complètement perturbé. C’est un personnage, j’en ai jamais rencontré des comme ça. Il est vraiment particulier. Névrosé, alcoolique, mais en même temps, c’est un génie de la musique. Il a une sensibilité artistique incroyable. Je me souviens d’une soirée, on était quatre dont lui et moi, on prenait un coup et dans son Ipod on passait de Johnny Cash à Christina Aguilera aux chants grégoriens, il a une grosse culture musicale et s’influence de plein de trucs. On appréhendait un p’tit peu de partir avec lui en tournée, il nous a mis à l’aise directement. Il n’y a eu aucun problème, même si il est étrange. Je n’ai jamais vu autant de drogue et d’alcool que sur cette tournée. Il est fidèle à son image. Je suis un fan de Shining, et je les suis depuis le deuxième ou troisième album. C’était un bonheur de les voir jouer sur scène chaque soir.

Boulevard Brutal: On parle d’image… Vous avez une image assez agressive mais sans maquillage. Pourtant dans le style musical que vous pratiquez, tout le monde porte un maquillage de raton-laveur… Avez-vous déjà pensé à faire la même chose?

Svart Crown: Ha! Ha! Ha! Non, étant donné qu’on a une base assez death métal et qu’on est des gars assez simples, on évite les clichés. On fait de la musique noire et percutante, on ne va pas passer à parler d’histoires d’amour. Les déviances humaines nous intéressent et nous inspirent, c’est la portion humaine qui nous branche. On est normal, on est rigolo, on ne se prend pas la tête. On contrôle notre image en faisant le strict minimum, on ne prend pas de pseudos, etc… Pour le maquillage, on laisse ça aux gens qui font du black métal, c’est très bien comme ça.

Tu peux écouter l’entrevue au complet ici. 

There is one comment

  1. Le Best OV 2013 de Steve Dallaire | Boulevard Brutal

    […] Dès que j’ai écouté en streaming le nouvel album de Svart Crown, j’ai eu un coup de cœur. Ça faisait longtemps que je n’avais pas entendu du blackened death métal aussi incisif et puissant. Si tu crois que la pochette est démente, bien dis-toi que la musique de ce groupe de Nice l’est tout autant. Entrevue avec JB Le Bail, leader du groupe […]

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s