Critique de Veto – Heaven Shall Burn

cover_artwork

Je ne m’attendais pas à grand chose de Veto, le nouvel album de Heaven Shall Burn. J’avais vaguement entendu quelques albums auparavant mais je ne m’étais jamais senti interpellé par leur musique pour être honnête. Le groupe de métalcore allemand en est à leur septième offrande, c’est donc un bon indicateur qu’il y a quelqu’un qui aime ça quelque part. C’est la très efficace pièce Hunters Will Be Hunted qui a suscité mon intérêt envers Veto et surtout son clip avec cette madame toute nue qui gambade dans les bois, réussissant toujours à trouver une branche pour se cacher les rotoplots et le triangle d’or (ça c’est une expression que j’ai volé à Herbert Léonard, un chanteur kitsch des années 80 qui en a fait émoustiller plus d’une avec ses textes soft porn).

Le son de Heaven Shall Burn est semblable a ce que le groupe nous a habitué, un mélange de hardcore et de death que t’as entendu déjà à plusieurs reprises par le passé. Toutefois le travail au niveau des compositions est nettement plus solide, j’en suis bouche bée. Godiva ouvre le bal de manière brutale avec son intriguante intro, suivi des cris puissants du chanteur Marcus Bischoff et des riffs malsains des guitaristes Maik Weichert et Alexander Dietz . Ça faisait longtemps que je n’avais pas entendu un album débuter aussi intensément.

Les gars de Heaven Shall Burn se sont gâtés sur Veto en s’entourant d’invités pas piqués des vers. Sur Land Of The Upright Ones, ce sont les guitaristes du groupe thrash allemand Macbeth qui y vont de solos de hautes voltiges, tandis que Rob Franssen et Dominik Stammen du groupe Born From Pain se déploient le gosier sur Die Stürme rufen Dich. Mais de tous ces invités, l’étoile va au chanteur de Blind Guardian, Hansi Kürsch, qui vient prêter main forte à Marcus Bischoff sur Valhalla, une reprise du groupe même de Kürsch. L’approche power métal de la chanson est conservée, cependant Heaven Shall Burn ajoute une touche personnelle, ce qui fait de Valhalla le moment le plus fort sur Veto. Épique. C’est juste dommage quand ta meilleure toune est un cover, parles-en à Quiet Riot.

Plusieurs des chansons démarrent avec des introductions électroniques sur ce disque, ce qui donnent un côté esthétique qui me plaît beaucoup. Bien que le style de musical de Heaven Shall Burn soit du métalcore à la base, certaines pièces s’apparentent plus vers le death, notamment sur la rugissante You Will Be Godless. On a affaire à une offrande assez heavy et ne cherchez pas de passages vocaux mielleux, Bischoff crache ses textes revendicateurs dans ta face tout le long.

C’est dommage, mais il y a quelque chose qui m’agace sur Veto et je ne peux en faire abstraction, soit la qualité de la réalisation. Le son est aussi compressé que ton bedon pendant une constipation de quatre jours. Le problème pourrait se situer aussi au niveau du mastering, tu me diras ce que t’en penses. Quand les gars jouent à fond la caisse, les cymbales prennent le dessus et il est difficile de discerner le reste des instruments. Ce n’est pas aussi désagréable que sur Death Magnetic de Metallica, mais juste assez fatiguant pour que je prenne le temps de le mentionner.

N’eut été de ce désagrément, j’aurais probablement donné un 9 sur 10 à Veto. Une agréable surprise tout de même.

Cote de Steve: 8 triangles d’or sur 10.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s