Critique de Malignance – XUL

cover

XUL est une formation black/death métal de Vernon en Colombie-Britannique. On nomme les habitants de cette ville les vernonites et je dois dire que cette appellation plutôt maléfique correspond bien avec la musique du groupe. Si vous mangez vos céréales Abbath Croquante le matin en écoutant du Behemoth et du Dissection, il y a de bonnes chances que Malignance s’ajoute à votre morbide collection. Je suis un peu sur le tard pour vous en parler, le disque est paru en juin 2012, mais comme une partie de ma mission est de faire découvrir de la bonne musique, je me dis qu’il n’est jamais trop tard pour se faire.

Avec la pièce Battlestorm en guise d’introduction, on se rend vite compte que XUL fait du métal très malsain. J’aime ça. Le talent des cinq musiciens est indéniable, la section rythmique est puissante, les blast beats du batteur Lowell Winters sont rapides, et le son de la basse de Marlow Deiter est en avant-plan. La réalisation juste asez bien crasseuse est parfaite pour un mécréant comme moi. La violente Mastication of Putrescent Empyrean Remains (un titre qui donne l’eau à la bouche) poursuit dans la même veine, le groupe possède une maturité assez surprenante pour une première offrande.

Le chanteur Levi Meyers livre ses textes avec une voix des plus caverneuse, ça me donne l’impression que sa voix provient directement du fond d’un des innombrables nids-de-poule de 25 pieds de profondeur à Chicoutimi. C’est épeurant ça mon chum. À première écoute de Malignance, le tout peut vous paraître quelque peu homogène, toutefois XUL sort des sentiers battus sur la deuxième moitié du disque et c’est vraiment là que ça devient intéressant. L’instrumentale Winter’s Reign vaut à elle seule l’achat du disque. Pas que le reste est mauvais, au contraire, mais l’ambiance glauque créé par les claviers et le travail sidérant des guitaristes Wallace Huffman et Bill Ferguson impressionnent. Ça détonne de l’ensemble et XUL prouve ainsi que le groupe ne possède pas qu’une seule corde à leur arc.

L’album se conclut avec la très thrashy Incinerate the Earth, pièce qui porte très bien son nom d’ailleurs, tandis que Tomb of Tyrants nous laisse aller paisiblement avec une finale ponctuée de sublimes guitares accoustiques. Si je pouvais donner un conseil au groupe, ce serait de continuer à explorer ce côté plus expérimental. C’est ce qui pourrait leur permettre de se démarquer dans cet incessant flot de formations black\death. XUL s’apprête d’ailleurs à sortir un EP très bientôt, j’ai hâte de voir la direction que ces canucks vont prendre.

Et ce n’est pas tout, en lisant cette critique, vous pouvez obtenir Malignance gratuitement!!! Oui, vous avez bien lu, gratuitement!!! Vous pourrez alors vous taper une bonne dose de métal venimeux tout en rangeant votre Ab Flex sous le lit!!! Bon ok, tu peux mettre le prix que tu veux, alors vous pouvez donner ce qu’il vous reste de cennes noires à un groupe qui le mérite amplement. Le lien est ici.

Cote de Steve: 8 Boutique TVA sur 10

There is one comment

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s