Critique de Disarm The Descent – Killswitch Engage

KsE-604x601

*Attention, cette critique traite de métalcore, nous préférons vous en avertir.*

Quand Howard Jones a quitté Killswitch Engage au début 2012, plusieurs fans étaient inquiets du sort du groupe. Qui allait le remplacer? Normand Brathwaite? Vincent Lemay-Thivierge? Le p’tit gros avec un chapeau dans Star Académie? Dieu merci, Killswitch a fait le choix d’aller chercher le chanteur original de la formation, Jesse Leach. 2013 voit donc la sortie du TRÈS attendu Disarm The Descent… Est-ce à la hauteur de Alive Or Just Breathing? Non. Est-ce meilleur que le dernier disque avec Howard Jones? Oui monsieur.

Que vous soyez un gars ou une fille, on possède tous une paire de bobettes trouée qui est si confortable qu’on ne peut s’en débarasser. Bien le nouveau Killswitch, c’est un peu comme ça. Rien de nouveau, la formation américaine ne brise aucune barrière avec cette nouvelle parution, mais crisse que c’est efficace. En entrevue, le guitariste Joel Stroetzel promettait un album plus heavy, promesse tenue. Le très sous-estimé batteur Justin Foley nous offre quelques blast beats dévastateurs et sans aucun doute sa meilleure performance à date.

Disarm The Descent aurait pu aussi s’intituler le Jesse Leach Show tant sa prestation est sublime. Sur les deux premiers albums du groupe, j’avais toujours l’impression que sa voix allait casser. Pas ici. Il chante avec une confiance et une maturité du tonnerre qui donne l’impression qu’il n’a jamais vraiment quitté le bateau. Il gueule avec la même hargne qu’à l’époque, sauf que sa voix claire s’est améliorée de beaucoup, particulièrement sur la sulfureuse Always. Bien que cette dernière soit la pièce la plus tranquille du disque, calmez-vous, ce n’est pas une reprise de Bon Jovi. Keep The Faith, tabarnak!!!

Killswitch Engage a choisi New Awakening comme premier extrait en mars dernier et plusieurs ont été plus ou moins impressionnés par cette chanson, moi le premier. Après quelques écoutes de Disarm The Descent, je vous assure que cette pièce est la plus faible de ce nouvel opus. Mais comme je le mentionnais plus tôt, Killswitch Engage fait du metalcore. Donc oui il y a des breakdowns, des voix en choeur, des refrains arrache-coeurs, mais baptême, c’est eux qui ont inventé le style! Si Killswitch vous levait le cœur avant, ben là vous aurez le sentiment d’écouter le Jour Du Seigneur avec deux doigts enfoncés dans l’fond du gargoton…

En tant que fan, j’aurais apprécié que le groupe pousse un peu plus l’enveloppe sur Disarm The Descent, mais Killswitch joue la carte gagnante ici. Rien pour déstabiliser son auditoire, on est en terrain connu, toutefois les tounes me restent en tête et les harmonies sont fredonnantes comme les classiques auxquels le groupe nous a habitué au cours des treize années de son existence. Sans être exactement à la hauteur de mes attentes, cet album est sans contredit mon préféré depuis The End of Heartache.

Cote de Steve: 8 Vincent Lemay-Thivierge sur 10

There are 3 comments

  1. Frédéric Morissette

    J’avais hâte d’entendre ça avec le retour de Jesse Leach.
    Selon moi, c’est un album incroyable, pas très loin de Alive Or Just Breathing en terme de qualité. Je l’ai écouté à plusieurs reprises avant d’accrocher comme il faut mais je suis très impressionné!

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s