Métal en rafale: Omnium Gatherum, Dopethrone, Enshadowed, Sulphur Aeon et Pharaoh

OMNIUM GATHERUM – Beyond

BeyondLifeforce Records | 2013
8/10

Je l’ai souvent répété, New World Shadows, précédent opus d’Omnium Gatherum figure parmi les meilleurs albums death mélodique jamais réalisés. Je veux dire, si c’est un style que vous privilégiez, vous ne pouvez passer à côté de ce disque colossal. Évidemment, l’accomplissement de cet enregistrement frôlant le divin mettait la barre excessivement haute pour le groupe finlandais. Omnium Gatherum parvient-il à répondre aux attentes. Oui… et non. Une chose est claire, Beyond ne s’élève pas au-delà de son prédécesseur. La raison est assez simple: les musiciens finlandais se contentent plutôt de demeurer dans une certaine zone de confort en tentant de reprendre la formule qui a les a si bien servis. Si l’ensemble comporte toujours des phrases musicales inspirées, Omnium Gatherum reprend parfois des séquences qui se rapprochent dangereusement de riffs entendus sur NWS (une figure rythmique de New Dymanic ramène à Deep Cold, tandis qu’on jurerait que The Unknowing a été clonée à partir de Soul Jouneys). Là où j’éprouve aussi quelques réserves, c’est dans cette catégorisation vers laquelle cherche à tendre Omnium Gatherum: Adult Oriented Death Metal. Adult Oriented? Vraiment? Est-ce pour cela que Nightwalkers nous arrive avec des relents de Shape of My Heart de Sting? Trève de chialage, quand on entend le puissant refrain de In the Rim ou l’entraînante The Sonic Sign, Beyond s’avère toutefois une solide proposition.


DOPETHRONE – III

IIITotem Cat Records – S.T.B Records | 2012
8.5/10

Écoute intégrale

Du doom/sludge bien crasseux, des références à la drogue, à l’occultisme et au cinéma d’horreur… Pas de doute, on est bel et bien en présence d’un album de Dopethrone. Avec un son plus fat que jamais, un épais nuage de fumée aux effluves de cannabis jaillira de vos haut-parleurs dès la première note de guitare entendue sur l’impropre Hooked, donnant le ton à ce qui va suivre. Le trio montréalais n’avait déjà plus ses preuves à faire, mais confirme avec ce troisième disque sa capacité à produire des riffs toujours aussi dévastateurs et inspirés. Derrière les hurlements de Vincent (aussi à la guitare), rappelant ceux de Bill Steer (Carcass), la résine continue de dégouliner avec des grooves pesants appuyés par Vyk (basse) et Borman (batterie) sur Reverb Deep et sur les plus allantes Storm Reefer et Devil’s Dandruff. La bluesy et malsaine Cult Leader vient conclure ce sombre opus qui rend ses lettres de noblesse au D.I.Y.


ENSHADOWED – Magic Chaos Psychedelia

Magic Chaos PsychedeliaPulverised Records | 2013
6.5/10

Écoute intégrale

Qu’ont en commun Transcending Bizarre?, Rotting Christ et Septicflesh? Le métal, ça on le sait! Mais surtout, tous nous parviennent de la Grèce. Tiens donc, comme Enshadowed! Mais ce n’est pas tout, ces black métalleux possèdent un lien encore plus intime avec Septicflesh, puisque c’est le batteur de cette formation, Fotis Bernardo, qui s’est accompli de la tâche de réaliser, mixer et mastériser le troisième méfait d’un groupe qui a mis neuf ans pour y parvenir. En fait, Enshadowed n’a pas chômé durant toutes ces années, puisqu’ils ont lancé quelques splits, mais le précédent album studio remonte tout de même à 2003. Livrant un black metal disons, relativement traditionnel, ce Magic Chaos Psychedelia s’avère honnête et bien exécuté, mais ne transcende pas le genre. En revanche, la pièce titre, avec ses accents se rapportant à une musique disons plus traditionnelle et folklorique, figure parmi les éléments forts parvenant à rehausser la proposition.


SULPHUR AEON – Swallowed by The Ocean’s Tide

Swallowed By The Ocean's TideImperium Productions | 2012
8/10

C’est malheureux pour la formation allemande Sulphur Aeon, mais leur tout premier disque risque de se perdre dans les profondeurs abyssales de l’océan Métal. Non pas parce qu’il est mauvais (bien au contraire) mais plutôt car l’album est paru à la toute fin de décembre 2012. À pareille date, la plupart des médias avaient fini de recenser leurs albums de l’année depuis belle lurette, et pour l’année suivante (celle en cours… 2013, t’sais!), le titre a bien des chances de se faire oublier sous la masse de parutions à venir. Pourtant, ce Swallowed by The Ocean’s Tide devrait se mériter une mention spéciale. Les musiciens de Sulphur Aeon ne sont pas les premiers à s’inspirer de l’univers de Lovecraft, mais leur transposition musicale se révèle l’une des plus efficaces à ce jour. En effet, la production confère au premier abord une atmosphère à la fois sombre et chaotique. Mais plus on se laisse abandonner dans le courant, plus il surgit de ce tourbillon des trouvailles majestueuses. Avec des compositions vastes et chargées, plusieurs pièces camouflent des lignes mélodiques (Incantation et Those Who Dwell In Stellar Void, par exemple) élevant ce superbe album death métal au-dessus de la mêlée. Puis, comment ne pas se faire gagner par une reprise du thème du film Zombi de Fulci, composé par Fabio Frizzi.


PHARAOH – Bury The Light

Bury The LightCruz del Sur | 2012
7.5/10

Écoute intégrale

Avec Leave Me Here To Dream qui ouvre l’album de manière magistrale, on a l’impression qu’un chef d’oeuvre du power/heavy metal est sur le point de jaillir. Toutefois, The Wolves, seconde pièce de Bury The Light nous ramène dès lors sur Terre. Dotée d’une réalisation ma foi fort bien polie, ce quatrième effort de Pharaoh est un peu à l’image des deux premiers titres: il oscille entre le sublime et le plus ordinaire. Comportant de nombreuses envolées de guitares solidement interprétées et quelques refrains accrocheurs à la Iron Maiden, c’est lors de séquences plus complexes et sortant des sentiers battus que les américains tirent leur épingle du jeu. Si seulement tous les titres avaient été à la hauteur des puissantes Castles in the Sky, The Spider’s Thread, Graveyard Of Empires et In Your Hands

About Alexandre Duguay

Rédacteur, intégrateur et développeur web. Autrefois musicien (violoniste et guitariste). Toujours mélomane, cinévore et audiophile. Collectionneur de vinyles, cassettes et VHS.

There are 2 comments

  1. St-Hubert

    1- Relaxant
    2- Gras à souhait hmhmmmmm
    3- Symphoniquement endormant
    4- MALADE MENTAL!! Calvaire ça rentre ça Whoooo!!
    5-M’a sonné vieux jeu mais ya pas grand chose qui acotte, à mon humble avis, Helloween quand on parle de Power(speed) Metal.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s