Sors ta croix à l’envers, deux critiques black métal cette semaine!!!

Il y a tellement de bons albums qui sortent en ce début d’année que je dois prendre les bouchées doubles pour en couvrir le plus possible, alors j’ai deux excellentes suggestions black métal cette semaine. D’autant plus intéressant, ces deux albums sont à la base du black métal, certes, mais musicalement aux antipodes l’un de l’autre. Aweye, sors tes bougies, peinture-toi la face en noir et blanc, c’est l’heure de se payer la traite!!!

Vertigo – Koldbrann

SUA 029.indd

Koldbrann n’est pas une nouvelle sorte de céréales, à moins que t’aies l’habitude de mettre une pinte de sang dans tes Raisin Bran le matin. Non, Koldbrann est une formation norvégienne qui crache son venin depuis 2001 et Vertigo est seulement leur troisième album. Depuis quelques années, le black métal évolue dans pleins de directions étonnantes et même si le diable occupe toujours une place importante dans ce style musical, il doit parfois se gratter les cornes en osti, surtout en écoutant Vertigo. S’il y a une chose qui n’effraie pas Koldbrann, c’est bien d’expérimenter.

Il est difficile de décrire la musique de ces norvégiens. Ils s’inspirent tout de même du côté traditionnel du black métal, on pense à Mayhem et Darkthrone à maintes occasions (sans le côté primitif toutefois), mais le choix d’instruments peu orthodoxes pour le genre ajoute un élément avant-gardiste qui n’est vraiment pas banal.

Dès le départ, la pièce IntroVertigo nous mets dans le bain (de sang) avec une guitare intriguante et la superbe de voix de Mannevond. Son style se veut un mélange de Satyr et Nocturno Culto, si telle comparaison est possible. C’est sur la deuxième pièce intitulée Totalt Sjelelig Bankerott (ben non, pas la toune de Céline Dion) que les vraies festivités commencent. Après une volée de blast beats, la chanson se métamorphose soudainement en un hybride de punk rock et black métal semblable à la période Inferno de Satyricon, mais en plus vilain. Plusieurs titres sur Vertigo sont d’ailleurs dans cette veine.

La seconde moitié du disque est sous le signe de l’exploration. Sur la progressive Inertia Corridors, la dernière chanson de Vertigo, on peut entendre du mellotron et une voix de femme en détresse qui rendent la pièce lugubre et morbide. Tout à fait réussi comme ambiance. Il y a même un ensemble de cordes sur la déroutante Phantom Kosmonaut, un moment fort de ce disque.

La réalisation de l’album est méticuleuse et la batterie de Folkedal se démarque sur chacune des chansons. Le son de sa caisse claire est puissant et vraiment différent pour ce style qui a l’habitude de souvent négliger cet instrument pourtant si important.

Vertigo est une belle découverte pour l’amateur de black métal qui aime patauger dans des eaux glaciales et différentes.

Cote de Steve: 8.5 pelletées de raisins secs sur 10

IV – Triskèle

Triskèle cover

Quand Dave Rouleau d’Ondes Chocs m’a demandé en entrevue récemment qu’est-ce qu’il se passait sur la scène locale saguenéenne, je suis demeuré sans mot. Pourtant il y a quelques bons groupes ici et j’avais été frappé quelques mois auparavant par la prestation d’une formation de black métal païen, Triskèle. Ça m’était sorti de l’esprit, crampe au cerveau j’imagine. Je me reprends là là. 2013 marque donc les dix ans d’existence de Triskèle et les gars soulignent l’occasion avec la réédition de l’album IV paru en 2011. Par l’entremise d’un ami commun, j’ai été invité au studio du leader de la formation Dave « Skogen » Jobin pour faire l’écoute de IV.

Très impressionné par le son du groupe en spectacle, j’avais bien hâte d’entendre ce que ça donnerait en studio. Je suis un gars intègre, alors j’ai averti tout de suite Skogen que si je n’aimais pas son disque, je ne me gênerais pas pour l’écrire. Sur le champ, l’homme aux allures de viking m’assure qu’il s’en câlisse, alors j’avais carte blanche et la garantie de ne pas manger du baloney passé au broyeur pour les six prochains mois si jamais je plantais son album…

Pour être honnête, je ne suis pas tombé en amour avec IV à ma première écoute. Le son de l’album est ultra lo-fi et primitif, particulièrement au niveau de la batterie. C’est une question de goût peut-être, mais j’ai un peu de misère avec ça. J’ai quand même pris la peine de donner à Triskèle une deuxième chance et derrière cette réalisation tiède se cache de très, très bonnes chansons. Avec un budget plus adéquat, le mot Triskèle serait sur toutes les lèvres des amateurs de black métal. Les influences du vieux Darkthrone (encore!) et surtout Burzum sont omniprésentes sur IV, donc j’ose croire que les fans de cette époque ne seront pas déroutés par la qualité sonore. J’ai réussi moi-même à m’y habituer et en faire abstraction, alors…

C’est notre terre nordique qui est véritablement la tête de proue pour Triskèle. Les textes en français (oui monsieur!) traitent en général de la protection des terres et de la forêt, c’est bien réussi à ce niveau. On a affaire bien sûr à une musique brutale, évidemment, mais les longs passages instrumentaux, les mélodies accrocheuses et surtout ces guitares mélancoliques font de IV un disque plus que satisfaisant. Malgré peu de moyens, Triskèle réussit avec aisance à instaurer des atmosphères sombres et froides, entre autres sur Ma ForêtMon Univers et Prenons Les Armes.

Sachez qu’il n’existe seulement que 100 copies de cette réédition de IV de Triskèle et je possède la 19ème, alors dépêchez-vous avant qu’il ne soit trop tard. Pour se le procurer, vous n’avez qu’à envoyer un message au groupe ICI. Pour 15$, je crois que ça vaut sincèrement la peine.

Cote de Steve: 8 soupes mangées avec une paille sur 10

There are 2 comments

  1. Conspirator of Dark Tales

    Le son est tres potable, tu devrais te mettre au vieux Gorgoroth et au premier d’Emperor, ca va pt’etre te soigner. LOL!!!

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s