Critique : Igorrr – Hallelujah

Igorrr-Hallelujah

Ad noiseam | 2012

Hallelujah! Halle-fuckin’-lujah! Je le dis carré : vous aimerez ou détesterez ce disque. Mais si vous aimez, ce sera d’un amour inconditionnel. Vous vous ferez pénétrer par les voies du Seigneur. Ça ne devrait pas être douloureux, mais ce ne sera pas de tout repos. Oui, mes frères et sœurs, cet opus d’Igorrr est fort chargé. De la matière sonore, il y en a pour tous les illuminés qui accueilleront l’artiste dans leur cœur. Sans déconner. Fuck. Quelle découverte!

Et ça ressemble à quoi, Igorrr? Supposons que Mr. Bungle et Amon Tobin unissent leur force et voyagent dans le temps, pour se retrouver à l’ère du baroque et du classique, puis qu’ils décident de faire découvrir le black/death métal à J.S. Bach et Scarlatti. Genre. Il faut donc s’attendre à une musique complètement décalée, quelque part entre le sublime et la démence. « Déconstruire pour mieux reconstruire » doit probablement être la devise du français Gautier Serre, le cerveau derrière cette perle. Je vous préviens, le métal n’est pas vraiment à l’avant-plan, n’empêche que la richesse sonore et musicale de cet album fait décrocher la mâchoire à coup sûr. Dans ce mélange d’électronica et de breakcore flirtant avec le classique et le métal, l’auditeur a droit à des passages de pure grâce, ainsi qu’à une forme de délire où l’humour n’est jamais bien loin (Igorrr a échantilloné les sons émis par son poulet de compagnie!).

Sur Tout Petit Moineau, pièce qui ouvre Hallelujah, Igorrr nous sert un air interprété avec grâce par une cantatrice baroque, accompagnée au piano. Une fois la mélodie bien établie, les échantillonnages se pointent, et le tout devient de plus en plus intense. La chanteuse y va de hurlements violents, tandis que la guitare, possiblement celle de Teloch (Mayhem), vient déchirer les tympans. Je dis possiblement, car il enregistré quelques riffs pour l’album, mais je ne sais pas sur quels morceaux. Puis, les cordes ajoutent une couche d’ultime beauté en guise de conclusion. Le clavecin se fait entendre sur le titre suivant, Damaged Wig, un des plus sombre et brutal du lot. Quoi que Absolute Psalm est assez heavy, malgré un break du genre muzak, qui accompagnerait très bien un porn des années 70…

Comme si cet amalgame des styles et de changements déstabilisant n’était pas suffisant, on a droit à un peu de flamenco (Cicadidae) et du klezmer (Vegetable Soup), morceau où les passages à l’accordéon sont une gracieuseté d’Adam Stacey, notamment collaborateur de John Zorn. Sur Grosse Barbe, difficile de ne pas penser au répertoire de Mr. Bungle et Mike Patton. Et ce n’est pas un reproche, croyez-moi. Enfin, même s’ils ne sont pas très heavy, Corpus Tristis et Scarlatti 2.0 demeurent deux moments marquants de l’oeuvre.

Sans faire de mauvais jeu de mots, ce Hallelujah relève du travail de moine. Le collage, minutieux, est tout aussi habile et complètement hallucinant. Puisqu’il est paru le 21 décembre dernier, l’album ne risque pas de se retrouver dans les palmarès de 2012, mais souhaitons qu’on n’oublie pas de l’inclure dans ceux de 2013, car ce disque est génial, rien de moins.

Pour écouter l’album dans son intégralité : http://adnoiseam.bandcamp.com/album/hallelujah

9.5/10

About Alexandre Duguay

Rédacteur, intégrateur et développeur web. Autrefois musicien (violoniste et guitariste). Toujours mélomane, cinévore et audiophile. Collectionneur de vinyles, cassettes et VHS.

There are 3 comments

  1. Tom Mills

    derrière ce projet fou qu’est Igorrr , il y a toute une armée de fan amoureux de son travail , et c’est toujours un réel plaisir de trouver quelqu’un qui apprécie son travail , bravo et merci pour cette critique de Hallelujah , que je considère comme un de ses meilleur album !

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s