Kataklysm : Pas le temps de perdre son temps

En 2019, j’écrivais pour un autre média qui devrait lever le fly d’ici peu. Lors du Heavy Montréal, nous avons effectué une série d’entrevues qui se voulaient menées par mon fils Renaud. Il s’est tapé une jasette avec des membres d’Anonymus, Killswitch Engage et Despised Icon en plus d’avoir la chance de jaser avec Tobias Forge de Ghost!       

Mais là où nous avons obtenu notre grosse prise du festival, c’est lorsque nous avons jasé avec Maurizio de Kataklysm. Tout en discutant, Renaud lui a envoyé une passe drette sur la palette… et le but! Pendant cette discussion, Maurizio nous avait annoncé qu’un nouvel album était pratiquement prêt!

Un scoop, un vrai!

Un an plus tard, Kataklysm lance Unconquered, son nouvel album. La situation mondiale se veut excessivement particulière pour les groupes. Là où certaines formations décident de retarder le lancement de leur prochaine production, quelques groupes décident d’y aller à fond de train.

En entrevue la semaine dernière, Maurizio affirmait que de retarder la sortie de son album n’était pas une chose à faire et que c’était plutôt « non-metal » d’agir ainsi. Et on s’entend que Kataklysm avait toutes les raisons du monde de retarder la sortie d’Unconquered : leur guitariste Jean-François Dagenais avait contracté la COVID-19 et le batteur Oli Beaudoin a quitté la formation.

Mais non, à fond de train, le groupe avance. Même en sachant que la promotion d’Unconquered ne serait pas possible, qu’un nouveau batteur s’est joint au groupe et que Dagenais se veut en meilleure forme, Kataklysm veut terminer son année 2020 en laissant sa trace.

Avec cet album, Kataklysm se permet de valser habillement entre le death metal et ce que l’on pourrait qualifier de groove metal. Si le premier extrait The Killshot se voulait impétueux, on se rend compte qu’avec des titres comme Focused to Destroy You, Underneath the Scars et Stitches, le groupe peut tout de même y aller en subtilité et parfaire son art face au contrôle de la foule grâce à des guitares excessivement lourdes mais accrocheuses en plus d’une attaque à la voix, plutôt entraînante.

Avec le départ de Beaudoin, nous avons un peu plus tendance à analyser son travail sur ce qui devient son chant de cygne avec le groupe. Oli Beaudoin est précis sur l’album et n’y va pas de main morte sur la technique sur Defiant avec du blastbeat sulfureux à faire fondre un lingot d’aluminium en plus de demeurer cadencé sur Cut Me Down.

Unconquered ne ramènera pas les fanatiques des débuts de la formation. Ce n’est pas le but et ce ne le sera jamais. Avec un chrono de 38 minutes, cet album est court et punché. C’est un pas en avant et le groupe continue son ascension.    

Avec une mentalité digne des formations des années ’60, Kataklysm n’attend jamais et propose des albums et ce, de façon régulière. Avec ce 14e album, je peux confirmer que le groupe solidifie son emprise sur la scène metal et peut se vanter d’avoir un catalogue presque parfait!

Disponible le 25 septembre, sur Nuclear Blast Records.

👉 COMMANDE TA COPIE ICI

www.kataklysm.ca