Critique de Cryptopsy – Cryptopsy

by

Cryptopsy ont mangé ça chaud avec leur dernier album intitulé The Unspoken King. Les gars avaient le goût d’un changement, mais ce fût malheuresement trop drastique pour leurs fans qui ont littérallement craché sur ce disque. Les passages vocaux «clean» et l’approche deathcore n’ont tout simplement pas passé. Pour ce nouvel album éponyme, le groupe montréalais a écouté son public et c’est certes le meilleur album depuis Whisper Supremacy. Si Metallica a bien réussi à se faire pardonner Load, Reload et St. Anger avec Death Magnetic, je ne verrais pas pourquoi il n’en serait pas de même avec Cryptopsy.

Les voix claires, ne les cherchez pas sur ce disque, elles ont pris la filière 13. La voix de Matt McGachy est extrêmement sadique et cette fois-ci se mélange bien aux 8 compositions brutales qui forment ce chef-d’oeuvre de death métal technique. Ce disque n’est pas qu’un simple album, c’est rien de moins qu’un «master class» sur le genre.

Cet opus est vicieux, heavy que le crisse, étourdissant et la réalisation du guitariste Chris Donaldson (hé oui, encore lui!) est parfaite. Elle est fidèle à la tradition death métal mais avec un son très actuel. Tout ce que vous aimiez de Cryptopsy est rassemblé sur ce disque. Des passages «off-beats» hallucinants, des guitares percantes et toujours les prouesses incroyables du batteur Flo Mounier. Il réussit toujours à nous éblouir avec sa rapidité et sa finesse, mais son jeu est cette fois-ci beaucoup plus cohérent avec la musique, ce qui fait que Cryptopsy est un album plus groovy que tout ce qu’ils ont fait à présent.

Tous les titres sont grandioses, mais certains se détachent vraiment du lot dont la première chanson intitulée Two-pond Torch qui donne un ton agressif et violent dès le départ, The Golden Square Mile avec son riff qui empoisonne littérallement votre cerveau et finalement Red-Skinned Scapegoat, une toune sauvage entrecoupée d’une interlude jazz de 2 minutes, du bonbon pour les oreilles avides de métal subtil.

Hélas j’ai encore trouvé un défaut à l’album… C’est bien trop court!!! Seulement 8 chansons d’une durée de 3 ou 4 minutes chaque, ça passe vite en baptême. Tsé quand ça va super bien avec ta blonde, t’es juste su’l bord pis, oups…. Ta belle-mère rentre dans la chambre. C’est un peu l’impression que ça me donne. Ce disque est tellement solide qu’on voudrait que ça ne finisse jamais. Mais bon, aussi bien en profiter quand ça passe et Cryptopsy effectue un retour aux sources innattendu avec ce disque. Tout ce que je souhaite au groupe, c’est que leur message soit entendu, les gars le méritent bien.

Bon, je vais aller m’essuyer maintenant…

Cote de Steve: 10 «Écoeurez-nous pu avec The Unspoken King, on le sait que c’est de la marde, câlisse!!!» sur 10.

 

 

Mots-clés : , , , , , , ,

Une Réponse to “Critique de Cryptopsy – Cryptopsy”

  1. Le Best Ov 2012 de Steve Dallaire « Boulevard Brutal Says:

    [...] Quel retour pour Cryptopsy!!! Ne cherche pas un enregistrement death métal plus intense cette année, cet album éponyme est un disque parfait. Le seul album à lequel j’ai donné une cote de 10/10 cette année. Rien à dire de plus, la critique est ici. [...]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 4 188 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :