Critique de Set Fire! – Grimskunk

by

Étant un fan de Grimskunk depuis leurs tous débuts, quand j’ai appris que j’allais recevoir chez-moi le nouvel album Set Fire! quelques jours avant sa sortie officielle, j’attendais impatiemment à côté de la boîte à malle tel un bénéficiaire en manque de Poulet Frit Kentucky le premier du mois. D’autant plus qu’avec la résurgence de la musique des années 90 et la condition politique québécoise actuelle, le moment ne pouvait être mieux choisi pour le retour de Grimskunk.

Ça me fend litérallement le cœur d’écrire ces lignes, mais Set Fire! est un disque qui, à part servir à allumer 2 ou 3 battes roulés comme des trompettes, ne mettra pas le feu à grand chose. Ce qui me plaisait auparavant chez Grimskunk était la manière dont ils entremêlaient les styles comme le ska, le punk et la musique du monde. Sur Set Fire!, Franz et sa bande adoptent un style rock extrêmement linéaire. Ils se sont pourtant déplacé jusqu’en Australie pour l’enregistrement du disque, mais l’inspiration ne semble pas les avoir accompagné lors du voyage.

Bon d’accord, il n’y a pas que du mauvais sur Set Fire!, c’est juste que ça sonne beaucoup trop «pépère» pour moi. L’album démarre lentement avec la pièce Falling Into Shadow qui ressemble à du Jane’s Addiction sur le neutre. S’ensuit des chansons étonnamment pop et tranquilles qui nous laissent perplexes. On doit attendre jusqu’à l’excellente Snake On The Grass, la septième chanson du disque, pour que le tout décolle vraiment. Mais c’est comme trop peu trop tard. Ça me pue au nez quand t’écoutes un cd et que tu dois «skipper» la moitié des chansons. Les textes sont comme à l’habitude très engagés et Grimskunk ne se gêne pas pour cracher sur la corruption et les abus du système, mais le problème se situe vraiment au niveau de la livraison. Ça manque cruellement de cette hargne qui les caratérisait tant autrefois. Ne cherchez pas un Silverhead ou un Gros tas d’marde sur ce disque, il n’y en a pas. Si Fires Under The Road vous a déçu, ne comptez pas sur Set Fire! pour vous rassasier.

J’ai reçu des amis (fans de Grimskunk eux-aussi) pour souper l’autre jour et j’ai fait le test en faisant jouer l’album sans leur mentionner l’identité du groupe. Leur réaction: «Steve, c’est donc ben plate ce que tu nous as mis là!!!». Ça voulait tout dire… Décevant.

*Je le sais, je risque de me faire tirer des roches avec cette analyse. J’aurais pu vous dire que cet album est excellent, je vous aurais menti. Sur Boulevard Brutal, l’intégrité prime avant tout.

Cote De Steve: 6 pétards mouillés sur 10

Tags: , , , , , ,

6 Réponses to “Critique de Set Fire! – Grimskunk”

  1. Hubert Says:

    Tout en étant dommage, cela ne m’étonne pas vraiment… En effet, la majorité des bands, soit à cause de l’âge, du changement de situation de vie ou encore l’essaie d’une nouvelle drogue, passent par cette espèce de passe (…) pépère ou plus intraverti pour kek albums… Jusqu’au jour oû ils se tannent et refont du bon stock ou ben ils disparraissent doucement… That’s life!

    *Étant moi-même bénéficiaire pour cause de dépression relativement majeure, l’allusion au dit bénéficiaires… Pas la meillleure*

  2. Steve Dallaire Says:

    Bon commentaire Hubert. Pour ce qui est des bénéficiaires, je ne faisais référence qu’à ceux que je connais. Ceci étant dit, je suis passé par le même chemin que toi il y a quelques années et j’en suis ressorti plus que grandi. Prends soin de toi!!! ;)

  3. Hubert Says:

    Ben Merci! :)

  4. Fred Says:

    Man, nous avons pas écouter le même album !
    Sérieusement, je suis un fan de longue date et j’écoute en boucle le nouveau Grim depuis la semaine dernière… Tu dis qu’après Falling into shadow s’en suis des tounes pop… C’est la chanson Fuck shit up qui est la seconde, et c’est selon moi une des chansons les plus violente que GrimSkunk est écris, tu vois que les gars sont en criss pour vrai. Ensuite Set fire to the nation, un bijoux, Don’t ask question = excellent. Comme tu dis a la fin de ta critique, je suis de ceux qui te tire des roches. Ecoute l’album 2-3 fois encore et ne te fie pas a tes amis boring pour te faire un opinion.

  5. Décompte vers le @heavymtl — GRIMSKUNK | Boulevard Brutal Says:

    […] T’es sûr que le dernier album est une bonne continuité? En tout cas, Steve ne l’avait pas aimé. Je dois reconnaitre l’apport important du groupe sur le paysage musical québécois. Tout […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 3 889 autres abonnés

%d bloggers like this: