Critique de The Desolate – INFERION

by

Ça peut vous sembler bizarre, mais j’aime les mauvais albums, au moins on peut en rire. Quand on critique un album ordinaire, on a l’impression de perdre son temps, l’inspiration ne vient pas quand vient le temps d’écrire une critique. Inferior (trop facile comme jeu de mots) ou plutôt Inferion est un duo de black métal de Miami qui ne pouvait trouver mieux comme titre d’album avec The Desolate, un disque qui rivalise avec Lulu de par sa médiocrité. C’est tellement mauvais qu’on ne peut s’empêcher de rire à l’écoute de ce disque, les seuls bons moments étant les passages entre les chansons.

Inferion, c’est le Dimmu Borgir des pauvres. Les fils de Satan dont lui-même refuse la garde. Du black métal aussi inoffensif que Tomas Kaberle en tir de barrage ou Éric Salvail dans une croisière Coors Light. Le genre de CD que tu ne veux plus mettre dans ton lecteur, de peur de le briser. C’est le cadeau dont personne ne veut dans un échange chinois. Pour les fumeurs de marijuana, c’est la pochette idéale pour égrainer. Ça peut servir aussi de joli sous-verre pour épater la galerie lors de votre prochain party.

En plus de nous servir une musique complètement dépourvue d’originalité et des riffs tous aussi insignifiants les uns que les autres, Inferion s’offre le luxe d’utiliser un drum machine digne d’un clavier Casio du début des années 90. À un certain moment, je souhaitais presque qu’ils se fourrent en mettant des sons de clap-clap et de faux bongos au lieu de la caisse claire. J’imagine lors de l’enregistrement le pauvre gars qui suait dans son corpse paint en essayant tant bien que mal de placer les sons de cymbales numériques en même temps que les punchs. Il s’est probablement dit à un moment donné: « fuck that, le monde s’en apercevra même pas »… Mais oui, on s’en aperçoit. C’est à ce point ridicule. Y’a des tounes de karaoké qui sonne mieux que ça, calvaire!!! C’est tellement cheap comme produit qu’on ne peut même pas qualifier ça de qualité démo. N’importe lequel débutant peut faire mieux dans son sous-sol avec un logiciel de base. Si les gars ont payé du temps de studio pour enregistrer l’album, bien ils auraient mieux fait de garder leur argent pour se faire une provision de maquillage noir et blanc au Dollarama. À la première écoute, j’étais certain que j’avais un problème avec mon lecteur MP3 tellement la réalisation est dégueulasse. Je l’ai donc essayé sur mon ordi, mon système de son dans le salon, le lecteur CD Spider-Man de mon fils, rien à faire, ça sonne vraiment comme ça.

Peut-être que je me suis fait berner et Inferion n’est en fait qu’un duo d’humoristes qui se moque du black métal? Si oui, bien bravo, The Desolate rivalise avec n’importe lequel Album du Peuple de François Pérusse. Sinon, c’est un disque désolant (tiens, un autre jeu de mots farfelu crisse, je suis humoriste moi aussi)…

Cote de Steve Brutal: 3 claviers Radio Shack sur 10.

Inferion sur Bandcamp

Mots-clés : , , , , , , ,

2 Réponses to “Critique de The Desolate – INFERION”

  1. Félix Says:

    Excellente critique dude, tout à fait d’accord avec toi. Sérieux c’est le genre d’album que tu criss din vidange pcq y scrappe ton rack à CD…

  2. Steve Dallaire Says:

    Effectivement très mauvais, mais drôle à la fois…. ;)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 4 187 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :