Entrevue avec NICOLAS TITTLEY, VJ à MusiquePlus

by


Nicolas Tittley
est VJ à MusiquePlus depuis plusieurs années. C’est aussi une véritable encyclopédie musicale! Durant toutes ces années à MusiquePlus, MusiMax et aussi pour le journal Voir, il a découvert beaucoup de musique de tous genres. Il a fait des entrevues avec des artistes du monde entier, entre autres, avec certains artistes métal. Boulevard Brutal s’est entretenu avec lui pour parler de ses entrevues, ses goûts en matière de métal, de l’avenir du vidéoclip, de MusiquePlus et de métal en général.

Plusieurs metalheads seront surpris de te voir faire une entrevue sur Boulevard Brutal, pourtant, tu connais assez bien le métal. Qu’as-tu à dire à ce sujet?

Ouais, ça me rappelle cette jeune fille qui m’a demandé, il y a quelques années, ce qu’un gars de MusiquePlus pouvait bien faire à un concert de Voïvod, ce à quoi j’ai répondu que la première fois que je les avais vus, elle n’était même pas née! C’était en 1985, je crois, peu de temps après la sortie de War and Pain et c’était probablement mon premier show métal. Mais je préfère être honnête et dire que je ne suis qu’un dilettante parce que si les lecteurs de Boulevard Brutal me faisaient passer un test, je risquerais fort de me révéler comme un parfait ignare (je ne crois pas être capable de faire la différence entre le Deathcore et le Doom!). Disons que je suis dans le milieu de la musique depuis longtemps et que j’ai eu l’occasion de voir les débuts de plusieurs groupes. Je suis particulièrement heureux d’avoir convaincu mes boss, à l’époque où je travaillais pour le journal Voir, de mettre des bands comme Voïvod, Groovy Aardvark ou Cryptopsy en couverture.

Quelle est la meilleure entrevue de band métal que tu as faite et pourquoi?

Hmmm. Difficile à dire. Disons que rencontrer les quatre membres de Metallica lors de leur dernier passage au Centre Bell a été assez magique, d’autant que j’avais été le seul journaliste québécois à avoir ce privilège. Sinon, je dirais sans hésiter Sepultura. Max Cavalera est l’un des hommes les plus charmants qu’il m’ait été donné de rencontrer. Il était de passage à l’Auditorium de Verdun, à l’époque de l’album Roots, je crois, et je l’ai rejoint dans sa chambre d’hôtel. Il était accompagné de sa femme et de sa fille et il s’est avéré un vrai gentleman. De plus, il a contribué à faire connaître la scène métal brésilienne, alors je lui lève mon chapeau.  Et puis il y a Howard Jones, le chanteur de Killswitch Engage, qui est l’un des métalleux les plus drôles que j’ai interviewés.

Quelle est la pire entrevue d’un band métal que tu as faite et pourquoi?

Je dirais Disturbed. Rarement ai-je rencontré quelqu’un d’aussi prétentieux et imbu de lui-même que David Draiman. Sans oublier que leur musique est à chier.

MusiquePlus a déjà eu des émissions métal sur ses ondes (Solidrok, Dstroy) mais plus maintenant. Comment expliques-tu ça?

C’est un choix de la direction, qui a aboli les émissions spécialisées comme celles consacrées au punk et au hip hop. C’est difficile de rejoindre la masse avec des trucs très ciblés. Il faut se souvenir que même à l’époque de Solidrok, les fans de formes plus extrêmes se plaignaient de ne pas entendre de death ou de speed metal à l’émission. Peu importe ce qu’on fait, il y a des mécontentes. Heureusement que Boulevard Brutal est là!

Trouves-tu que la place de la scène métal devrait continuer à être underground ou plus commerciale?

Il y a toujours eu des exceptions qui ont touché de vastes publics, comme G’n’R, Metallica, AC/DC, etc., mais je crois que la dernière fois que le métal a été un mouvement véritablement commercial, ça nous a donné Poison et Cinderella. Vous voulez vraiment revenir à cette glorieuse époque?

Le métal est souvent associé à des événements tristes comme la tuerie de Columbine ou même ici, à Dawson. Est-ce le style musical préféré des solitaires dérangés?

Peut-être, mais je dirais que plutôt que de les pousser au meurtre, le métal a sûrement sauvé la vie de bien des solitaires dérangés (ainsi que celles de leurs victimes potentielles). Plus que d’autres sous-cultures, le métal offre à des jeunes désabusés une véritable communauté d’esprit qui transcende les frontières géographiques. D’où qu’ils viennent, les métalleux se reconnaissent entre eux, et ça les aide à ne pas se sentir seuls au monde. Dave Mustaine m’en a d’ailleurs parlé de manière très intelligente après la tuerie de Dawson. Évidemment, il y a aussi de vrais crack-pots comme les black métalleux norvégiens, qui considéraient qu’une soirée n’était pas complète s’il n’avaient pas incendié une église ou bu le sang d’un de leurs rivaux dans leur propre crâne, mais je crois qu’ils se sont un peu calmés.

La marge de manœuvre d’un groupe métal est très mince au yeux des fans. C’est facile d’être étiqueté « sellouts ». Vois-tu les amateurs de métal comme étant fermés au changement ou c’est une stabilité qui est saine pour le style?

Je suis contre le sectarisme, quelle que soit sa forme. Lorsque j’étais un jeune punk, j’étais un petit con intégriste. Mes chums et moi lisions Maximum Rock’n’Roll, un fanzine qui refusait de toucher à un band dès que celui-ci commençait à être connu du mainstream. Si des gens que je n’appréciais pas se mettaient à écouter un groupe que j’aimais, je décrétais aussitôt que je préférais ce band « avant qu’il ne devienne commercial ». C’est une attitude stupide et bornée, à mon avis, d’abord parce que plusieurs artistes deviennent meilleurs avec le temps, mais surtout parce que l’indépendance n’est pas un gage de qualité! Il y a plein de groupes underground minables et un tas d’artistes hallucinants signés sur des majors. Et à l’ère d’Internet, alors que les petits et les grands peuvent être sur un pied d’égalité, je ne comprends pas pourquoi ce débat perdure.

Quel est le premier band métal que tu as entendu?

Hmmm… Probablement Kiss. Comme bien des jeunes de mon âge, j’avais un poster du band sur le mur de ma chambre, mais je crois que le seul album de Kiss que j’ai eu dans ma vie était Kiss Alive. Plus tard, à l’adolescence, j’ai eu un ami vraiment fan métal qui m’a initié à des bands comme Megadeth, Celtic Frost et Venom au même moment où j’écoutais beaucoup de hardcore, des trucs british comme Discharge ou des bands américains comme DRI.

Quel est ton meilleur album métal et pourquoi?

Wow. Pas facile, celle-là. Je ne serai pas très original en disant cela, mais ça se jouerait peut-être entre Reign in Blood de Slayer et Ride the Lightning de Metallica. Paranoid de Black Sabbath mérite une place dans n’importe quelle liste, d’autant qu’il est sorti l’année de ma naissance (à vous de trouver, je ne dévoilerai pas mon âge ici!).

Quel band de la scène métal montréalaise mérite le plus d’attention selon toi?

Si je dis Neuraxis ou Despised Icon, vous allez me dire qu’ils sont déjà connus partout dans le monde, non? D’autant que Despised Icon n’existe plus, je crois… Sinon, j’ai découvert Archons grâce à Boulevard Brutal (plogue!) et je trouve ça vraiment bien! C’est à la fois très technique et agressif tout en gardant garde un côté hyper mélodique. Mais ils viennent de Rouyn-Noranda alors je ne sais pas si ça compte…(***Boulevard Brutal : Ben oui ça compte!)

Que penses-tu du piratage?

Ces maudits Somaliens m’ont enlevé le goût d’aller naviguer en solitaire au large de l’Afrique de l’Ouest. Je ne leur pardonnerai jamais.

Penses-tu que le vidéoclip va mourir un jour?

Pantoute. Même que les trucs qui sont faits pour le Net, sans aucun espoir de passer un jour à la télé comme le plus récent clip de MIA, Born Free (pas métal, mais ça bûche en tabarnak), repoussent les limites du genre.

Quelle serait la prochaine évolution du clip?

L’odorama? Les gens seraient surpris de voir à quel point les métalleux sentent bon. Ma consœur Rebecca Makonnen, à l’époque où elle travaillait encore à MusiquePlus, faisait beaucoup d’entrevue métal et elle leur parlait toujours de leur parfum. Mettons que ça te déstabilise un homme!

Quel rôle internet a joué pour le vidéoclip comparé à la télé?

C’est le refuge de tous ceux qui ne passent pas à la télé. Sérieusement, où pourrais-tu voir un clip de Deicide mettant en scène un prêtre zombie ailleurs que sur le web?

Quel est ton meilleur vidéoclip métal?

J’ai toujours eu un faible pour Astronomy Domine de Voivod. C’était franchement avant-gardiste pour l’époque et même U2 s’en est inspiré pour Even Better than the Real Thing. Un classique serait One, de Metallica, car je suis un méga fan du film Johnny Got His Gun. Sinon, j’aime les trucs un peu weird et creepy comme Bleed, de Meshuggah ou droit au but comme Bloodline de Slayer (du sang! Encore du sang!). Ou n’importe quoi de Tool (est-ce que c’est métal, Tool?) (***Boulevard Brutal : C’est heavy en masse!)

Merci Nicolas!

Mots-clés : , , , , , , , , , , , ,

Une Réponse to “Entrevue avec NICOLAS TITTLEY, VJ à MusiquePlus”

  1. Le résumé de la semaine sur Boulevard Brutal!!! (Du 31 mai au 4 juin 2010) « Boulevard Brutal Says:

    [...] Boulevard Brutal 2 gars qui bloguent sur le métal « Entrevue avec NICOLAS TITTLEY, VJ à MusiquePlus [...]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 4 187 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :